Le prix du gaz s'envole de 25% sur les marchés européens face à une demande qui accélère

En France, cette hausse des prix du gaz ne s'appliquera pas avant le printemps prochain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'illustration prise en Allemagne, le 4 octobre 2021. (HAUKE-CHRISTIAN DITTRICH / DPA / AFP)

Un record historique. Le cours du gaz naturel a flambé pour atteindre un nouveau record sur les marchés européens, mercredi 6 octobre. La raison ? La forte demande à l'approche de l'hiver, notamment en Asie, mais aussi de l'offre contrainte et des stocks mondiaux déprimés. En France, comme l'a annoncé Jean Castex jeudi dernier, cette hausse des prix du gaz ne s'appliquera pas avant le printemps prochain.

Le cours européen de référence, le TTF (Title Transfer Facility) néerlandais, grimpait de 16,36% à 135 euros le mégawattheure (MWh) en milieu de matinée. Le prix du gaz britannique pour livraison en novembre bondissait de son côté de 18,15%. 

"Un mouvement de panique et de peur"

"La flambée actuelle des prix de l'énergie en Europe est vraiment unique", ont réagi les analystes de la Société Générale. "Jamais auparavant les prix de l'énergie n'avaient augmenté aussi haut et aussi vite".

Interrogé par l'AFP, l'analyste de Commerzbank Carsten Fritsch voit dans cette accélération très forte des prix un "mouvement de panique et de peur" face à des stocks bas à l'approche de l'hiver dans l'hémisphère nord.

L'Europe responsable, estime Vladimir Poutine

Pour le président russe Vladimir Poutine, c'est l'Europe qui est responsable de cette crise, car elle n'a pas conclu suffisamment de contrats de livraison à long terme avec Moscou, favorisant ainsi l'envolée record des prix.

"Toute leur politique était de sortir des contrats et cette politique s'est avérée erronée", a-t-il déclaré lors d'une réunion avec les responsables du secteur énergétique russe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Energie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.