L'interview J-1, France info

SNCF : "Il vaut mieux faire une réforme en une seule fois que des bouts de réforme au fil des années", selon Dominique Bussereau

L'ex-secrétaire d'État aux Transports et actuel président de l'Assemblée des départements de France, était l'invité du "19h20 politique" lundi sur franceinfo.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'ex-ministre des Transports, Dominique Bussereau, le 9 avril 2018.
L'ex-ministre des Transports, Dominique Bussereau, le 9 avril 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

Le coup d'envoi du débat sur le "nouveau pacte ferroviaire" voulu par le gouvernement a été donné lundi 9 avril à l'Assemblée nationale, au quatrième jour d'une grève toujours très suivie des cheminots qui ont manifesté dans plusieurs villes de France, avant une reprise "progressive" du trafic SNCF prévue mardi.

"Honnêtement, il vaut mieux faire une réforme en une seule fois que des bouts de réforme au fil des années, a déclaré l’ancien secrétaire d'État en charge des Transports, Dominique Bussereau, lundi, sur franceinfo. Car pendant ce temps-là la SNCF perd de l’argent, des clients et nos petites lignes perdent de l’intérêt. Et on risque un jour de les fermer, ce que je ne souhaite pas."

Cette réforme est "une bonne volonté"

Celui qui est aujourd'hui président du conseil départemental de Charente-Maritime et de l'Assemblée des départements de France, se dit favorable à la réforme : "La volonté de réformer le rail français pour le rendre plus proche des concitoyens, moins cher et plus ouvert me parait une bonne volonté". Dominique Bussereau attend néanmoins de "savoir quelle sera la nouvelle forme de la SNCF".

Pour l'ex-Les Républicains, "on a perdu cinq ans avec le gouvernement précédent et là le gouvernement prend tout de front. C’est dur et il faut que ça passe. C’est une question de persuasion de l’opinion publique".

L\'ex-ministre des Transports, Dominique Bussereau, le 9 avril 2018.
L'ex-ministre des Transports, Dominique Bussereau, le 9 avril 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)