France Info numérique, France info

Pourquoi voit-on autant de photos en ligne de combattantes kurdes ?

Fusil à l'épaule, grenades à la ceinture : les images de combattantes kurdes en Syrie diffusées sur les réseaux sociaux contribuent à leur lutte contre les djihadistes. Elles ne représentent pourtant qu'un tiers des forces de résistance kurdes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Des combattantes kurdes en Irak en septembre 2014 © Maxppp)

Kobané, la ville syrienne à proximité de la frontière turque, est en passe de tomber aux mains de Daech. En face, ce sont des combattants kurdes qui organisent la résistance. Si l'on suit l'évolution du conflit à travers les réseaux sociaux, on a l'impression que cette résistance est

Sur Twitter, on les voit souriantes, fusil à l'épaule, grenades à la ceinture, seules ou en groupe. Selon leurs multiples interventions dans la presse écrite ou à la télévision, elles luttent pour la survie des Kurdes et pour la libération des femmes. Qu'elles combattent en première ligne en Syrie avec les Comités de protection du peuple ou en Irak avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Pour Kamal Chomani, le co-fondateur du think-tank Kurdish Policy, "à Kobané, les combattantes kurdes ont donné une nouvelle signification à la féminité et ont déconstruit les hiérarchies patriarcales. Le féminisme n'aurait pas fait mieux". Ce sont autant d'images à la télévision et en ligne qui contribuent à la glamourisation du combat contre les djihadistes de l'organisation Etat islamique.

Leur image est également renforcée lorsque le combat fait des victimes comme avec cette photographie qui a beaucoup tourné en ligne en ligne.

Cette combattante kurde en Syrie a préféré se suicider en utilisant sa dernière balle plutôt que de tomber aux mains des djihadistes. Ce qui est finalement surprenant, intéressant, c'est de voir autant de photographies d'elles en ligne alors qu'elles ne constitueraient qu'un peu plus d'un tiers des forces kurdes au nord de la Syrie.

Et il ne vaut mieux pas toucher à ces madones qui prennent les armes. Lundi, la chaîne de magasins H&M s'est excusée d'avoir mis en vente un costume kaki, ceinture taille haute et bottes militaires, qui ressemble à celui des femmes kurdes au front.après avoir provoqué une série de réactions négatives de la part d'internautes.

(Des combattantes kurdes en Irak en septembre 2014 © Maxppp)