C'est mon boulot, France info

Emploi : et si vous bénéficiez de congés illimités ?

De plus en plus d'entreprises, surtout aux Etats-Unis, proposent des congés illimités à leurs salariés. Le mouvement atteint certaines start-up françaises.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La plage de Nice (Alpes-Maritimes) avec des touristes durant l\'été. Août 2019.
La plage de Nice (Alpes-Maritimes) avec des touristes durant l'été. Août 2019. (THOMAS PONTILLON / FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Vous en rêvez, les Américains l'ont fait. Des congés autant que vous en voulez. Des vacances sans limite. On pose un jour, une semaine, et hop ! On s'en va. Aux Etats-Unis, et en particulier dans la Silicon Valley, ça se fait de plus en plus. Dans les entreprises technologiques, bien sûr, mais pas seulement. General Electric, Virgin, Netflix, par exemple. Et tout un tas de start-up qui voient dans cet avantage un moyen d'attirer plus facilement les meilleurs ingénieurs, et de les retenir.
Le nombre d'annonces d'emploi dans lesquels figure la notion de congés illimités a bondi de 180% en quatre ans outre-Atlantique. En France aussi. De plus en plus de start-up s'y mettent, pour attirer et retenir les meilleurs.

Tout repose sur une notion là aussi très américaine : le management sur les résultats, pas sur les moyens. Si on fait son boulot, ce pour quoi on est payé, on peut partir. Tout dépend de l'entreprise : certaines exigent qu'on s'entende avec son manager pour poser des jours supplémentaires, que votre absence n'ait pas d'incidence sur un projet en cours, par exemple, ou que tout le monde ne parte pas en même temps. Mais dans d'autres, c'est une décision qui se prend indépendamment de son manager, simplement au niveau de l'équipe.

Un avantage dont les salariés profitent... peu

Tous les retours d'expérience le montrent, les salariés prennent un peu plus, quelques jours de plus, mais ils n'abusent pas. Ils sont en fait pétris de la culture d'entreprise et sont d'ailleurs recrutés sur cette base. Ils sont hyper responsabilisés et savent ce qu'ils doivent faire. Aux Etats-Unis, il arrive même qu'ils prennent moins de vacances en étant totalement libres. Au point qu'un chef d'entreprise de Boston juge bon de se répandre dans l'entreprise sur les trois semaines qu'il prend, publie des photos de ses vacances et incite ses employés à partir davantage. Sans un nombre fixe de jours de congés à prendre, certains se sentent perdus et le résultat de cette politique, c'est qu'il faut pousser les employés à prendre les vacances auxquelles ils ont pourtant droit, sans limite.

La plage de Nice (Alpes-Maritimes) avec des touristes durant l\'été. Août 2019.
La plage de Nice (Alpes-Maritimes) avec des touristes durant l'été. Août 2019. (THOMAS PONTILLON / FRANCEINFO / RADIOFRANCE)