Sans les abus sur les contrats courts, 235 000 emplois durables pourraient être créés

Le ministère du Travail a calculé que 235 000 postes de cinq jours par semaine pourraient être créés si les normes sur les des contrats courts étaient respectées.
Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Un balayeur dans une salle de restaurant. (ERIC AUDRAS / MAXPPP)

Ces contrats courts, de moins de 31 jours, sont pourtant bien encadrés par la loi : ils sont autorisés pour pallier des besoins ponctuels et en aucun cas pour pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise. Pourtant, la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), en s’attaquant aux déclarations sociales nominatives fournies par les employeurs, s’est aperçue qu’il y avait des abus. Certaines entreprises recourent à des salariés en contrats courts sur le même métier quasiment toutes les semaines de l’année.

>> Abandon de poste : le Conseil d'Etat saisi sur la nouvelle procédure

Les Ehpad en tête

La Dares recense près de 40 000 entreprises qui, à elles seules, générèrent 71% des contrats courts du secteur privé. Dans ces entreprises, les contrats courts représentent quasiment 20% du volume d’emploi, soit un travailleur sur cinq est en contrat court dans ces établissements. Il s’agit en premier lieu de l’action sociale privée, par exemple les Ehpad, en deuxième lieu de l’industrie, suivi par l’hébergement et la restauration, le commerce, les transports et l’entreposage et la construction... Autant de contrats courts qui pourraient être transformés en emplois stables. Selon la Dares, environ neuf millions de contrats courts pourraient être transformés en contrats stables, en CDD ou en CDI, ce qui représenteraient 235 000 emplois durables de cinq jours par semaine. Plus d’un quart, 27%, des contrats courts signés dans le privé pourraient être ainsi transformés en contrats stables. Dans les secteurs concernés, les chiffres sont impressionnants.

Rien que dans l’industrie, si les entreprises grandes utilisatrices de contrats courts se décidaient à transformer ces contrats en contrats durables, ce sont 43 000 emplois de cinq jours par semaine qui seraient créés, 36 000 dans l’action sociale privée, 13 000 dans l’hébergement restauration. Des contrats stables qui concerneraient surtout des ouvriers non-qualifiés de la manutention, de l’industrie, et des agent d’entretien et des aides-soignants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.