Salaires : chez les cadres, les femmes sont toujours moins payées que les hommes

L'écart de rémunération stagne depuis plusieurs années désormais, selon une étude de l'Association pour l'emploi des cadres publiée ce lundi.
Article rédigé par France Info, Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Un bulletin de paie. (VALERIE VREL / MAXPPP)

7,1%, c’est l’écart de rémunération "toutes choses égales par ailleurs", c’est-à-dire à poste, à profil et à responsabilités équivalents, qui subsistent entre les femmes et les hommes cadres, selon le tout dernier baromètre de l’Association pour l'emploi des cadres publié lundi 19 juin. L’Apec le dit clairement : cet écart résulte, au moins pour partie, de comportements discriminatoires de la part des employeurs.

>> Sexisme : 8 femmes sur 10 estiment que les attitudes et décisions sexistes sont "régulières" au travail

Depuis qu’elle est mesurée par l’Apec, en 2014, cette différence de rémunération est stable : elle oscille entre 7 et 8%. Mais elle s’accentue avec l’âge. Pour les jeunes femmes cadres, de moins de 35 ans, l’écart "toutes choses égales par ailleurs" n’est que de 3%. Mais il atteint 10% pour les 55 ans et plus.

Et si la part des femmes cadres qui ont bénéficié d’une augmentation a fortement progressé l’an dernier, là encore, c'est moins que les hommes. 54% d’entre elles ont été augmentées, ce sont 10 points de plus qu’en 2021. Mais chez les hommes, ce chiffre monte à 59%, en progression de 11 points.

Des écarts de salaire qui se creusent avec l'âge 

Il existe aussi une différence sur la rémunération brute médiane. Celle des femmes a atteint 48 000 euros par an, mais elle affiche une différence par rapport à ce gagnent les hommes, qui sont en moyenne à 55 000 euros bruts par an. Soit une différence de 15%, qui s’explique selon l’Apec par la sous-représentation des femmes aux postes à responsabilité hiérarchique.

Mais pour les hommes comme pour les femmes cadres, 2022 reste un bon cru. En effet, les entreprises ont eu du mal à recruter et elles ont fait face à une inflation élevée. Elles ont donc dû consentir à faire des efforts sur les salaires, ce qui se traduit par un niveau record dans la proportion de cadres augmentés. On atteint 57% de cadres qui ont vu une progression sur leur fiche de paye. C’est une hausse de 11 points par rapport à 2021. Un chiffre qui bat le dernier record, enregistré en 2018.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.