Les problèmes informatiques au travail gâchent le quotidien

écouter (3min)

Au travail, les problèmes d'informatique nous minent souvent la vie. Surtout depuis la mise en place du travail à distance. Au point qu'une bonne part des salariés pourraient quitter leur entreprise si elle ne leur offrait pas une technologie à la hauteur, selon une étude qui vient d'être publiée.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Salariés en openspace, illustration (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Qu'est-ce qui pourrait vous faire quitter votre entreprise ? La réponse à cette question a de quoi surprendre : en premier lieu on trouve une rémunération, des avantages et des perspectives d'évolution insuffisants, en deuxième place il y a une culture d'entreprise toxique, et dès la troisième réponse on trouve des services et des équipements technologiques pas à la hauteur. Cette cause de démission possible arrive même avant des trajets trop longs.

C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par l'entreprise Nexthink, qui se penche sur l'expérience des salariés avec l'informatique. Selon elle, quand la technologie n'est pas à la hauteur, elle perturbe, distrait et décourage les talents même les plus motivés.

Les problèmes informatiques sont d'ailleurs très fréquents, selon cette étude. 40% des salariés rencontrent un problème avec leur informatique professionnelle au moins une fois par semaine. Des pannes qui les bloquent longtemps. Dans un tiers des cas, 35% exactement, cela peut aller jusqu'à une demi-heure. Or, selon l'université de Californie, on peut mettre jusqu'à 25 minutes à retrouver la concentration après une interruption. Des pannes que les collaborateurs estiment plus fréquentes quand on travaille à distance. Pour 38% des personnes interrogées, le travail hybride complique les problèmes technologiques par rapport à un environnement de travail classique. Les pannes sont à égalité dûes à des problèmes de logiciel, d'internet et dans une moindre mesure des bugs liés au matériel.

Les services informatiques peu identifiés

En cas de panne, on ne sait pas toujours vers qui se tourner et c'est même plutôt le royaume de la débrouille. Premier réflexe, adopté par 37% des personnes interrogées : on redémarre le système. Ensuite on se tourne vers ses collègues pour savoir s'ils rencontrent le même problème. Contacter le service informatique n'arrive qu'en troisième position, avec seulement 15% des salariés qui le font en première intention. On en trouve même 7% qui essaient de résoudre le problème eux-mêmes, en faisant une recherche sur internet.

Ce qui fait dire aux auteurs de cette étude que les salariés ne connaissent pas assez les services informatiques. Un tiers des salariés, 30%, ne savent pas vraiment qui est chargé d'améliorer leur expérience numérique, ni même si une telle fonction existe dans l'entreprise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.