Cet article date de plus d'un an.

Le secteur des transports publics peine à recruter

Pour expliquer les postes à pourvoir dans le secteur des transports publics qui peine à recruter par manque de visibilité, un forum se tient jeudi à Paris pour des postes situés dans toute la France. Les offres sont plus variées qu'on ne l'imagine.

Article rédigé par franceinfo, Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le secteur des transports public recrute (illustration). (ANNE FAUVARQUE / RADIO FRANCE)

Des conducteurs de bus, de tramway, de métro, mais aussi des ingénieurs, des électromécaniciens, des spécialistes de la donnée, des spécialistes du marketing, des experts en digital, en environnement, des juristes et des comptables... La liste est longue des professionnels qui sont recherchés ardemment par le secteur des transports publics urbains, avec la plus grande peine du monde en ce moment. 

"Je pense que notre secteur n’est pas suffisamment connu, tout le monde ne sait pas que le transport public recrute, analyse Marie-Ange Debon, présidente de l'Union des transports publics.

>> "Un grand nombre d'enfants n'auront pas de cars scolaires à la rentrée", prévient la Fédération nationale des transports de voyageurs

Peu de gens imaginent selon elle, "que le secteur du transport, c’est un million de personnes en France, que le secteur du transport public urbain c’est 100 000 personnes. Nous recrutons des profils très différents, ajoute-t-elle, entre 6 et 10 000 personnes par an dans les territoires. On a à travailler notre communication pour que les jeunes sachent que nous recrutons".

Pas de formation spécifique requise

Pourquoi ces métiers ont-ils du mal à recruter ? Conducteur de bus ou de tram… Ces métiers ont une mauvaise image, avec des relations avec les usagers qui se tendent. "Dans 99% des cas, ça se passe très bien, assure pourtant la présidente de l'Union des transports publics. Le métier est devenu par ailleurs beaucoup plus digital puisqu’avec la crise sanitaire, les moyens de paiement sont devenus beaucoup plus digitaux. Il y a aussi toutes les formations qu’on fait à la relation avec le public qui intéressent beaucoup nos conducteurs."

Pour attirer plus largement, ces métiers sont très ouverts aux personnes en reconversion, sans exigence particulière. "Les entreprises du secteur du transport public assurent elles-mêmes beaucoup de formations longues, explique Marie Ange Debon. On fait de l’apprentissage bien sûr pour les plus jeunes mais aussi de la formation. Les personnes qui nous rejoignent n’ont pas nécessairement besoin d’avoir une formation spécifique. Nous les formons. On peut même faire passer le permis." Un forum de l'emploi a lieu jeudi 9 juin à la Porte de Versailles à Paris pour plus d’information. Pas besoin de s'inscrire, on peut venir directement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.