En France, les start-ups sont à l'origine de plus d'un million d'emplois directs et indirects

Le secteur se porte bien, voire très bien : un Français sur 25 travaille dans une start-up ou dans son environnement. Et elles devraient continuer à créer des emplois dans l'année à venir.
Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
La start-up Stello developpe un logiciel RH de gestion de planning, à Paris. (SEBASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

400 000 personnes sont employées directement dans les 13 000 start-ups que comptent le pays, dont 85% en CDI, selon les derniers chiffres produits par France Digitale, qui représentent leurs intérêts dans le pays. Mais si on ajoute les partenaires et les fournisseurs de ces start-ups, cela fait un total de 1,1 million de personnes qui travaillent dans ce tissu.

>> Tout savoir sur les ETI, ces entreprises de taille intermédiaires qui restent méconnues des Français

Un écosystème en bonne santé. Selon le syndicat Numeum, les start-ups ont créé 13 000 emplois depuis le début de l'année, malgré un léger trou d'air, et selon France Digitale, elles devraient embaucher au moins 50 000 personnes supplémentaires, d'ici juin 2024. Celles qui lèvent des fonds créent plus d'emplois que les autres. Un million d'euros de fonds levé équivaut à dix emplois créés. En moyenne, une start-up française crée 30 emplois. Celles qui lèvent des fonds embauchent beaucoup plus que les autres.

Un monde très masculin et très jeune

70% de ceux qui y travaillent ont moins de 30 ans et on n'y trouve que 1,3% de salariés de plus 50 ans. Les femmes y sont rares, un emploi sur trois et plus rares encore à des postes de direction : un poste de PDG sur huit est occupé par une femme et une sur quatre occupe un poste exécutif. Point positif : les employés des start-ups ont des profils de plus en plus variés. Seulement un sur six est passé par une grande école et si les bac+5 dominent le marché avec 60% des postes occupés, les bac+3 font leur trou, avec 20% des postes occupés. Les start-ups attirent également les salariés des grands groupes. Un quart de leur effectif vient d'une grande entreprise.

C'est le secteur des logiciels et des technologies de l'information qui domine dans les start-ups. Il représente 120 000 emplois sur les 400 000 emplois directs de start-up. On trouve ensuite les services, l'industrie, la finance et la santé. C'est en Île-de-France que se concentre l'emploi, avec 40% de tout l'écosystème, suivi, loin derrière, par l'Occitanie : 10% et de la Nouvelle-Aquitaine: 9%. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.