Emploi : des cadres managers font face à une charge de travail insurmontable

écouter (3min)

Pas facile d’être chef en 2022. La crise sanitaire les a amenés à jouer de nouveaux rôles. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un cadre manager au téléphone. (VINCENT HAZAT / MAXPPP)

Des semaines de plus de 50 heures... Pas facille d'être chef en 2022. Des cadres managers disent, pour les deux tiers d’entre eux, qu’ils ont parfois - voire souvent - la sensation de faire face à une charge de travail insurmontable. Le quotidien de ceux qui encadrent des équipes ne s’est pas arrangé depuis la crise sanitaire.

>> INFO FRANCEINFO. "Grande démission" : en France, la plupart du temps, les départs se passent mal

L'Apec, l’association pour l’emploi des cadres, se penche sur leur moral et leur charge de travail. Les choses ne se sont pas arrangées depuis la crise sanitaire. "Elle a renforcé la difficulté du poste, reconnait Laetitia Niaudeau, la directrice générale adjointe de l’Apec. "Ils ont le sentiment d’être débordés, de manquer de temps, d’être en surchage de travail, d’être stressés. C’est une réalité que l’on ne peut pas nier", dit-elle.

lls représentent l’entreprise auprès des salariés. L’Apec avait déjà mis en évidence, il y a quelques semaines, que plus d’un cadre sur cinq, et plus encore chez les jeunes, avait déjà quitté leur poste moins de deux ans après avoir pris ses fonctions. Face à ce turn-over, Laetitia Niaudeau souligne que les managers ont un rôle à jouer important sur la fidélisation des troupes. Un enjeu crucial au moment où les difficultés de recrutement sont à leur comble : 84% des entreprises anticipent des recrutements de cadres difficiles, voire très difficiles.

Les chefs doivent "choyer" leurs salariés

Les managers se voient ajouter de nouvelles fonctions ou plus exactement, selon l’Apec, certaines attentes, qui existaient auparavant, pèsent désormais plus lourd sur leurs épaules. Elles sont issues de la crise sanitaire et de la généralisation du télétravail. Il s’agit par exemple de l’animation du collectif. Du bien-être au travail. De la qualité de vie au travail. Et du développement des compétences chez les salariés qu’ils encadrent. On attendait déjà qu’ils soient attentifs à tout cela, mais ces dernières années, ces rôles se sont renforcés.

Pour autant, devenir manager reste un objectif désirable malgré toutes ces contraintes, 84% des cadres managers souhaitent le rester dans les cinq années à venir. Ils veulent même encadrer des équipes plus importantes. Et chez les salariés qui n’exercent pas de fonction d’encadrement, devenir manager reste un objectif. Ils y voient une manière de transmettre, une progression logique de leur carrière. Et puis bien sûr, pour un quart d’entre eux, un moyen de donner un sérieux coup de pouce à leur rémunération.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.