Cet article date de plus d'un an.

Emploi : dans les coulisses de la rude bataille que se livrent les entreprises pour recruter des cadres

Avez-vous été "chassé" récemment par une entreprise ou un cabinet de recrutement ? Si oui, vous n'êtes pas le seul. Une proportion jamais atteinte de cadres sont désormais la cible de sollicitations directes.
Article rédigé par franceinfo, Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Un entretien d'embauche. (GÉRARD LAUNET / MAXPPP)

L'Association pour l'emploi des cadres (APEC), n'avait jamais vu ça. Plus d'un cadre sur trois, 36% exactement, déclare avoir été contacté par un cabinet de chasseurs de tête au cours des trois derniers mois, affirme l'organisme dans une note parue jeudi 9 février. C'est six points de plus qu'en 2021 à la même période. Et en 2020, seul un cadre sur cinq avait fait l'objet de sollicitations directes.

>> Emploi : pourquoi les annonces de recrutement attirent de moins en moins de candidats au fil des années

Ce qui change, explique Gilles Gateau, le directeur général de l'Apec, c'est que désormais la chasse de tête n'est plus réservée aux seuls cadres dirigeants. "La chasse devient une pratique de plus en plus courante, note Gilles Gateau, elle s'adresse désormais aussi aux cadres intermédiaires et opérationnels, ce qui fait les beaux jours des cabinets de recrutement" dit-il. Du reste, parmi les profils les plus convoités, il y a celui de recruteur. C'est l'un des métiers les plus en tension, les cadres spécialisés dans le recrutement sont très recherchés par les entreprises. "Les recruter peut constituer un véritable défi", note l'Apec.

Devant une telle concurrence, les entreprises sont obligées de s'adapter et la première chose qu'elles revoient, c'est le salaire proposé. Plus d'une entreprise sur deux ayant recruté au moins un cadre en 2022 dit avoir revu au moins une fois sa proposition de rémunération à la hausse. Soit une progression de neuf points par rapport à 2021. Autre concession faite par les entreprises : elles acceptent de recruter des candidats n'ayant pas toutes les compétences techniques demandées au départ. 

On multiplie les annonces jusqu'à... abandonner

Les entreprises revoient aussi leurs mode de recrutement. Elles révisent leur "sourcing" comme on dit dans le jargon. Elles essaient de nouveaux sites de recrutement, créent un compte sur Linkedin, explorent les réseaux sociaux et font de plus en plus appel, donc, aux cabinets de recrutement. Elles passent de plus en plus d'annonces, parfois plusieurs fois, en reformulant leurs demandes.

Le site Apec.fr a ainsi battu des records. Avec 625 000 annonces parues en 2022, le nombre d'annonces d'emploi dépasse de 20% celui enregistré en 2021. Les recrutements sont si difficiles que parfois les entreprises abandonnent. C'est le cas de pas moins d'une entreprise recruteuse sur quatre qui a abandonné un recrutement l'an dernier, faute de candidats... 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.