Comment l'utilisation d'un ordinateur trahit votre niveau de stress au travail

Des chercheurs suisses ont réussi à mesurer le niveau de stress de leurs sujets rien qu'en les observant utiliser un ordinateur.
Article rédigé par France Info, Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Selon l'étude suisse, la façon dont on tape sur le clavier et on déplace une souris peut être plus pertinent pour indiquer à quel point une personne se sent stressée que la mesure de la fréquence cardiaque. (HENNING KAISER / DPA)

Tapez-vous frénétiquement sur votre clavier quand vous êtes au travail ? Faites-vous beaucoup d’erreurs ? Vous servez-vous de votre souris comme d’un animal survolté ? Des chercheurs suisses de l’École Polytechnique fédérale de Zurich (Suisse) se sont très sérieusement penchés sur ces questions et ils ont été capables de mesurer les niveaux de stress rien qu’en étudiant la façon dont nous nous servons de ces outils. Mieux, ces observations ont été plus parlantes sur le niveau de stress que la mesure du rythme cardiaque.

>> Emploi : plus on travaille seul, plus on est malheureux, selon une étude menée sur 85 ans

Pour atteindre ce résultat, ils ont observé 90 cobayes, répartis en deux groupes. À tous, ils ont demandé d’effectuer des tâches de bureau classique, comme de la planification de rendez-vous, de l’enregistrement ou de l’analyse de données. Un groupe était laissé tranquille à ses tâches tandis que l’autre était mis en situation de stress : ils recevaient régulièrement des informations sur une messagerie et ils étaient même soumis à un entretien d’embauche. Pendant ce temps, les chercheurs mesuraient l’activité des souris, des claviers et le rythme cardiaque des sujets étudiés.

Une application en cours de conception

Finalement, le groupe des sujets "stressés" n’avait pas les mêmes comportements que les autres. Ils se servaient par exemple de leur souris de façon plus frénétique : ils la déplacent plus souvent, moins précisément et ils couvrent de plus longues distances sur l’écran. Autre observation des scientifiques, à propos du clavier : les stressés commettent plus d’erreurs lorsqu’ils tapent, ils écrivent par à-coups et font de nombreuses et brèves pauses.

Les "sujets détendus", eux, prennent moins de pause, mais ces dernières sont plus longues. Face à ces observations, les chercheurs en ont même conclu que pour mesurer le niveau de stress, l’usage de la souris et du clavier sont plus parlants et plus fidèles que le suivi du rythme cardiaque.

D'ailleurs, ils ont lancé une application qui, toujours en mesurant l’activité du clavier, de la souris, et du rythme cardiaque, pourra prévenir, avant qu’il ne soit trop tard, si le stress monte et s’il convient de le faire redescendre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.