Emploi : plus on travaille seul, plus on est malheureux, selon une étude menée sur 85 ans

Une étonnante étude américaine, menée depuis 1938, est sans appel sur l'importance des interactions entre collègues au boulot.
Article rédigé par France Info, Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
"Si vous êtes plus connectés avec des gens, vous vous sentez plus satisfait de votre boulot et vous faites un meilleur travail", observe l'étude américaine. (ERIC AUDRAS / MAXPPP)

Depuis 1938, des chercheurs de l’université de Harvard ont collecté des données auprès de plus de 700 personnes, leur posant des questions détaillées sur leur vie tous les deux ans. Et cette étude vient peut-être de percer le mystère du bonheur au travail. Elle révèle que les métiers dans lesquels on se sent le plus malheureux sont aussi ceux dans lesquels on est aussi le plus solitaire. 

>> Dépression, anxiété, insomnies... Les ravages du travail partiel imposé lors du Covid-19

"Si vous êtes plus connectés avec des gens, vous vous sentez plus satisfait de votre boulot et vous faites un meilleur travail."

Robert Waldinger

professeur de psychiatrie à la Harvard Medical School

Les auteurs de l’étude citent par exemple le quotidien des chauffeurs routiers ou de gardiens de nuit. Ils pointent aussi certains métiers plus modernes liés au commerce en ligne, comme l’empaquetage ou la livraison de repas à domicile où les travailleurs soit n’ont aucun collègue, soit sont entourés d’autres travailleurs, mais qui travaillent tellement dans leur coin, rivés à leurs tâches, qu’ils ne connaissent même pas le prénom de ceux qui les entourent.

Des solutions existent

Il y a aussi les travailleurs des plateformes téléphoniques : placés côte à côte, ils passent leur temps avec des clients mécontents ou impatients. Le sentiment d’être déconnecté peut accroitre le risque de mortalité autant que le fait de fumer, d’être obèse ou d’être sédentaire, insiste l’étude.

Pour résoudre ce problème, l'étude conseille de prendre quelques minutes par jour avec un collègue pour partager des intérêts communs. Quand les employés bavardent ou rient entre eux au bureau, écrivent les auteurs de cette étude, certains managers penseront qu’ils ne font pas leur travail. Pourtant, selon un sondage Gallup paru l’an dernier, c’est l’inverse : les gens qui ont un meilleur ami au travail sont plus productifs et impliqués dans leur travail que ceux qui n’ont pas de relations affectives fortes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.