Vaccination contre le Covid-19, présidentielle... Le "8h30 franceinfo" de Jean-Christophe Lagarde

écouter (26min)

Le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) et député de Seine-Saint-Denis, était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 21 novembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) et député de Seine-Saint-Denis, était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 21 novembre. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Jean-Christophe Lagarde, président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) et député de Seine-Saint-Denis, était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 21 novembre. Vaccination contre le Covid-19, présidentielle... Il répondait aux questions de Jean-Jérôme Bertolus et Benjamin Fontaine.

Vaccination : "Il y a une disqualification de l'Etat français sur le plan sanitaire"

Pour "faire progresser le vaccin" en Guadeloupe, c'est "la conviction" et "pas la matraque qui va le permettre", a affirmé Jean-Christophe Lagarde, alors que la région d'Outre-mer fait face à des violences, des pillages et des blocages sur fond de contestation contre le pass sanitaire et de l'obligation vaccinale. Le gouvernement a envoyé des renforts sur l'île pour faire face aux violences. Une cinquantaine de membres du GIGN et du Raid en complément des 200 policiers et gendarmes déjà sur place.

Jean-Christophe Lagarde voit dans cette contestation une traduction du manque de confiance des Guadeloupéens envers l'État français depuis le scandale sanitaire du chlordécone, pesticide ultra-toxique utilisé dans les bananeraies pendant plus de 20 ans dès le début des années 1970. "Il y a une disqualification de l'État sur le plan sanitaire qui vient de l'affaire du chlordécone" qui "a empoisonné des ouvriers agricoles", explique-t-il. Selon lui, les Guadeloupéens se disent : "On n'a plus confiance en vous. Vous nous avez empoisonnés. Vous n'avez pas voulu le reconnaître. Vous n'indemnisez toujours pas".

Présidentielle : "Pas de soutien automatique" des centristes pour le candidat LR

Le président de l'UDI et député de la 5ᵉ circonscription de Seine-Saint-Denis a annoncé qu'"il n'y aura pas de soutien automatique" des centristes pour le candidat des Républicains désigné pour l'élection présidentielle en 2022. Il a par ailleurs exclu de soutenir Eric Ciotti s'il est désigné par les militants.

Les centristes de l’UDI ont auditionné à partir du 15 novembre les candidats de la droite au Congrès des Républicains pour l'investiture à la présidentielle. Un grand oral devant 300 élus accepté par Xavier Bertrand, Philippe Juvin et Valérie Pécresse, mais pas par Michel Barnier et Eric Ciotti. Jean-Christophe Lagarde a pointé la responsabilité de l'ancien négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit : "S'il est candidat, il va peut-être falloir qu'il se pose des questions. Pour être président de la République, il faut rassembler, c'est ce que leur a appris Nicolas Sarkozy, la droite, le centre et le reste. Il faut parler à l'ensemble de la France", explique-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.