Proposition de loi anti-squat, facture d'électricité et passoires thermiques... Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Olivier Klein

écouter (26min)

Le ministre délégué chargé de la Ville et du Logement était l'invité du "8h30 franceinfo" du mardi 29 novembre 2022.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Olivier Klein, ministre délégué chargé de la Ville et du Logement était l'invité du "8h30 franceinfo" du mardi 29 novembre 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Olivier Klein, ministre délégué auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé de la Ville et du Logement, était l'invité du 8h30 franceinfo du mardi 29 novembre 2022. Proposition de loi anti-squat, facture d'électricité et passoires thermiques... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Proposition de loi anti-squat : "C'est tout sauf une mesure anti-pauvre"

"C'est tout sauf une mesure anti-pauvre", affirme Olivier Klein concernant la proposition de loi anti-squat, dont l'examen a débuté lundi à l'Assemblée nationale. La gauche fustige un texte qui va "favoriser les expulsions locatives", mais Olivier Klein assure qu'il s'agit surtout de "protéger les propriétaires" et "ne pas confondre squatteurs et locataires en impayé de loyer".

Bouclier tarifaire : "Il y avait un trou dans la raquette, on y travaille"

Alors que le bouclier tarifaire sur l'énergie ne s'applique pas encore aux copropriétés et aux logements HLM, Olivier Klein reconnaît qu'il "y avait un trou dans la raquette, un oubli" mais assure que le gouvernement "y travaille". "Il est en train de se mettre en place", poursuit le ministre délégué chargé de la Ville et du Logement, tout en précisant qu'il "faut des décrets" pour cela. "Ce sera rétroactif, le gouvernement s'est engagé à ce qu'il y ait un bouclier sur 2022 et on travaille sur le bouclier 2023" promet-il, même si la baisse n'apparait pas dans les appels de charges déjà passés, "la régulation en fin d'année tiendra compte du bouclier".

Passoires thermiques : "Il faut tenir le calendrier"

"140 000 logements" trop énergivores, à savoir tous ceux qui consomment plus de 450 kWh/m2, ne pourront plus être loués à partir du 1er janvier 2023, le temps que leurs propriétaires réalisent des travaux de rénovation thermique nécessaires. La loi climat et résilience prévoit ensuite d'interdire la location des logements classés G en 2025, et celle des logements classés F en 2028. Alors que la demande sur le marché locatif est forte, Olivier Klein soutient qu'"il faut tenir le calendrier pour ceux qui vivent dedans et pour la planète". "On ne met pas les gens dehors, c'est au moment de la reprise de bail que les choses doivent être concrétisées", précise le ministre.

Ma prime Rénov : "L'étape d'après c'est de passer à l'habitat collectif, aux copropriétés"

Alors que le dispositif "Ma prime Rénov" est critiqué pour être trop complexe et pas assez utilisé, Olivier Klein assure qu'elle bénéficie à "1,5 million de chantiers" actuellement, soit "l'équivalent de la consommation énergétique de la ville de Lyon". "On a donné envie aux Français de rénover leur logement, il faut continuer", ajoute le ministre pour qui "l'étape d'après c'est de passer à l'habitat collectif, aux copropriétés". Il souhaite pour cela "simplifier la capacité à faire les travaux" et rendre "le reste à charge acceptable".

Taux d'usure : "Ce n'est pas simplement en regardant le taux du crédit, qu'on règlera le problème de l'acquisition"

"Ce n'est pas simplement en regardant le taux du crédit, qu'on règlera le problème de l'acquisition", estime Olivier Klein. Alors que certains banquiers et courtiers dénoncent le fait que le taux d'usure, le taux d'intérêt maximum auquel les banques ont le droit de prêter, bloque les dossiers de prêts des particuliers, le ministre rappelle que ce taux d'usure "protège l'acquéreur du surendettement". C'est "une protection pour les plus modestes". Il n'exclut pas pour autant la possibilité de réformer ce taux d'usure, révisé tous les trimestres. Il a été revu à la hausse au 1er octobre, passant de 3,05%, contre 2,57% précédemment. Selon Olivier Klein, il faut surtout "baisser les coûts de production", "produire plus" de logements et "permettent à ceux qui souhaitent accéder à la propriété de le faire" grâce aux "aides à l'acquisition".

APL : pas de revalorisation prévue cette année

Y aura-t-il une nouvelle revalorisation des APL, l'aide personnalisée au logement ? "Pas cette année", répond Olivier Klein, alors que Christophe Robert, le délégué général de la Fondation Abbé-Pierre, demande une revalorisation de 10% en janvier, pour aider les ménages à faire face à l'inflation. "On a pris nos responsabilités dans le cadre de la loi pouvoir d'achat, on a plafonné les augmentations possibles de loyer à 3,5% et on a augmenté les APL de 3,5%", estime Olivier Klein.

-------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mardi 29 novembre 2022 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.