8h30 Fauvelle-Dély, France info

Pascal Canfin à Yannick Jadot : "Ne nous tapons pas dessus de manière artificielle"

Le numéro deux de la liste La République en marche aux élections européennes, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", jeudi 18 avril 2019, a répondu aux critiques de Yannick Jadot, candidat de la liste Europe Ecologie les Verts.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Pascal Canfin, invité du \"8h30 Fauvelle-Dély\" sur franceinfo, jeudi 18 avril 2019.
Pascal Canfin, invité du "8h30 Fauvelle-Dély" sur franceinfo, jeudi 18 avril 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Je ne suis pas revenu en politique pour faire de la cour de récréation", a assuré jeudi 18 avril 2019 sur franceinfo Pascal Canfin, numéro deux de la liste LREM aux élections européennes, en réponse aux critiques de l'écologiste Yannick Jadot. Ce dernier avait notamment qualifié la liste LREM de "troupe de théâtre". "Moi, je ne divise pas, a poursuivi Pascal Canfin. J'agrège, j'additionne pour transformer les choses. Évidemment, on aura des combats communs avec Yannick Jadot au Parlement européen, donc ne nous tapons pas dessus de manière artificielle et totalement factice", a souligné l'ex directeur de WWF France.

"On va partager des combats communs et parfois on ne sera pas d'accord et ça sortira publiquement et c'est très bien, assure Pascal Canfin. J'additionne, je rassemble, au lieu de taper, critiquer, c'est vraiment la politique que je déteste", a ajouté l'ancien ministre.

"Je vois le chemin qu'Emmanuel Macron a parcouru"

"Je sais d'où vient le président de la République" sur la question de la transition écologique, "je vois aussi le chemin qu'il lui reste à parcourir", a par ailleurs déclaré Pascal Canfin pour expliquer son ralliement à Emmanuel Macron dans le cadre des élections européennes. "Nicolas Hulot [l'ex-ministre de la Transition écologique] a souffert du fait qu'en 2017 le programme du candidat Macron à la présidentielle n'était pas suffisamment écolo, il était faible. Ce qui fait que Nicolas Hulot a dû batailler pour gagner chaque arbitrage", a souligné le numéro deux de la liste LREM conduite par Nathalie Loiseau. "J'applique le théorème de ma grand-mère : quand je suis d'accord, je le dis, quand je ne suis pas d'accord, je le dis."

"Dépasser la guerre culturelle"

Pascal Canfin a également été Invité sur franceinfo à réagir sur la présence à ses côtés de l'ancien président des Jeunes Agriculteurs (JA), Jérémy Decerle, au sein de la liste LREM aux Européennes. Au lieu de "continuer à se taper dessus sur des listes différentes", il faut "se mettre autour de la table et porter un projet commun", a-t-il estimé. "C'est exactement ce qu'on fait, c'est précisément le sens de cette liste de rassemblement", a poursuivi l'ex-eurodéputé EELV.

"Renoncer" au "dispositif de défiscalisation"

Enfin, le candidat de La République en Marche aux élections européennes s'est exprimé quelques jours après l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Il a appelé les grosses fortunes à "renoncer" au "dispositif de défiscalisation" lié à leurs promesses de dons pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris. La famille Pinault et le groupe JCDecaux ont déjà annoncé qu'ils y renonçaient. "Je pense que ce serait un geste salutaire, sain et bienvenu que les autres familles, la famille Bettencourt, la famille Arnault qui mettent, et c'est heureux, des dizaines voire des centaines de millions sur la table pour reconstruire Notre-Dame, renoncent elles aussi au dispositif de défiscalisation", a estimé Pascal Canfin. 
 

Pascal Canfin, invité du \"8h30 Fauvelle-Dély\" sur franceinfo, jeudi 18 avril 2019.
Pascal Canfin, invité du "8h30 Fauvelle-Dély" sur franceinfo, jeudi 18 avril 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)