8h30 Fauvelle-Dély, France info

Européennes : Yannick Jadot plaide "la cohérence" et rejette "les unions de façade"

La tête de liste écologiste aux élections européennes, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", vendredi 8 février, adresse une fin de non-recevoir à la proposition de Benoît Hamon d'organiser une "votation" pour désigner un candidat de gauche commun. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La tête de liste écologiste aux élections européennes, invité du \"8h30 Fauvelle-Dély\", vendredi 8 février 2019. 
La tête de liste écologiste aux élections européennes, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", vendredi 8 février 2019.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est "non". Yannick Jadot, tête de liste écologiste pour les européennes, a rejeté la proposition de Benoît Hamon d'organiser une "votation citoyenne" en avril, afin de rassembler les forces de gauche et composer une liste commune aux élections. "Ce qu'on me propose en permanence c'est une union de façade à l'échelle française plutôt que la clarté dans le débat européen" regrette l'eurodéputé écologiste, au micro de franceinfo, ce vendredi. "L'écologie veut occuper une place centrale dans le débat politique. L'écologie c'est bien plus que la gauche", a-t-il ajouté. 

Tous ceux qui font ces propositions-là n'ont pas bien compris comment fonctionnait le parlement européen

Yannick Jadot

à franceinfo

"Voter socialiste (aux européennes), c'est voter pour un député qui siègera au groupe socialiste. Dedans il y a les Roumains et leur dérive autocratique, les Slovaques qui font alliance avec l'extrême droite, et ils (les socialistes) ont choisi un candidat au niveau européen qui s'appelle Frans Timmermans, qui est pour le dumping fiscal, le glyphosate et tous les accords de libre-échange" explique Yannick Jadot pour justifier sa position. 

Italie : Macron a raison mais...

Après le rappel de l'ambassadeur de France en Italie ce jeudi, "Emmanuel Macron a bien fait de taper du poing sur la table" estime la tête de liste écologiste aux élections européennes. "Ce qu'a fait Luigi Di Maio c'est totalement en dehors de tout respect des relations entre les pays", et "la façon dont Matteo Salvini et Luigi Di Maio se font la course à l'échalote en Italie pour essayer d'avoir l'appui de l'opinion publique à travers des provocations multiples vis-à-vis des autres pays ou de l'Union européenne est inacceptable", dénonce Yannick Jadot. 

>> Suivez les dernières évolutions des tensions diplomatiques entre la France et l'Italie

Mais cela n'enlève pas la part de responsabilité de la France dans la crise actuelle estime l'eurodéputé. "Je combats ce national populisme, mais ce qu'omet de dire Emmanuel Macron, c'est que les politiques qu'il défend (...), le modèle qu'il défend, est le marchepied des nationalistes et des populistes", dit Yannick Jadot. 

Bercy et les lobbies 

Faut-il accorder la vignette Crit'Air 1, désignant les véhicules les moins polluants (hors véhicules électriques) aux véhicules diesel les plus récents ? Le ministère de l'Économie s'y montre favorable, pas question répond le ministère de la Transition écologique, par les voix d'Élisabeth Borne et d'Emmanuelle Wargon. Pour Yannick Jadot, c'est le signe que Bercy est la "courroie de transmission des lobbies du vieux monde du nucléaire, des pesticides, du diesel".

Les cadres écologistes secoués par l'affaire Baupin

Le procès intenté par Denis Baupin, ancien cadre d'Europe Écologie-Les Verts, à plusieurs femmes qui l'accusaient d'agressions sexuelles et à deux médias (dont France Inter) offre une tribune aux prévenus, à l'image du témoignage de l'ancienne ministre et patronne du parti écologiste Cécile Duflot. Yannick Jadot, qui rappelle n'avoir rejoint le mouvement qu'en 2009, affirme n'avoir "jamais eu connaissance des agressions (présumées) de Denis Baupin""J'ai de l'admiration pour ces femmes qui ont pris la parole, qui s'en sont pris plein la gueule d'avoir pris la parole" ajoute-t-il. Il faut mettre "en place les dispositifs pour que ces femmes soient entendues", conclut l'eurodéputé écologiste.

Retrouvez l'intégralité de l'émission "8h30 Fauvelle-Dély" du vendredi 9 février 2019 :

La tête de liste écologiste aux élections européennes, invité du \"8h30 Fauvelle-Dély\", vendredi 8 février 2019. 
La tête de liste écologiste aux élections européennes, invité du "8h30 Fauvelle-Dély", vendredi 8 février 2019.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)