Cet article date de plus d'un an.

Contrôle du chômage partiel, vaccin contre le Covid-19... Le "8h30 franceinfo" d'Agnès Pannier-Runacher

écouter (7min)

Agnès Pannier-Runacher, ministre chargée de l'Industrie, était l'invitée du "8h30 franceinfo", lundi 16 novembre 2020. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Agnès Pannier-Runacher, ministre chargée de l'Industrie, était l'invitée du "8h30 franceinfo", lundi 16 novembre 2020.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Contrôle du chômage partiel, vaccin contre le Covid-19... Agnès Pannier-Runacher, ministre chargée de l'Industrie, était l'invitée du "8h30 franceinfo", lundi 16 novembre 2020. Elle répond aux questions de Salhia Brakhlia et Marc Fauvelle.

Chômage partiel dans la grande distribution : "Ça se vérifie"

"Chômage partiel, ça veut dire 'pas de travail', et ça, ça se vérifie", avertit Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, alors que plusieurs enseignes de la grande distribution ont pris la décision de recourir au chômage partiel pour faire face à la fermeture de leurs rayons non alimentaires.

"La logique du chômage partiel, c'est de protéger les salariés", rappelle la ministre, alors que Carrefour, par exemple, a imposé le chômage partiel à 85 000 de ses 100 000 salariés.

Vaccins anti-Covid : "Quatre contrats négociés à ce stade"

"Quatre contrats ont été négociés à ce stade, deux sont quasiment finalisés", annonce Agnès Pannier-Runacher, faisant référence aux négociations en cours entre l'Union européenne et les laboratoires pharmaceutiques qui développent des vaccins contre le coronavirus. Le vaccin mis au point par les laboratoires Pfizer et BioNTech fait partie des deux contrats en cours de finalisation, "qui devraient être conclus la semaine prochaine", détaille la ministre chargée de l'Industrie.
(Agnès Pannier-Runacher a ensuite précisé sur Twitter que le vaccin Pfizer-BioNTech faisait partie des quatre contrats conclus avec la Commission européenne, et serait signé cette semaine. Deux autres contrats doivent être finalisés prochainement.)

La répartition des vaccins négociés pour les 27 pays de l'Union européenne, se fera en fonction de la population, explique Agnès Pannier-Runacher : "Chacun a le droit à un certain nombre de doses correspondant à sa population". Les prix restent pour l'heure confidentiels afin de ne pas influer sur les contrats en cours de négociation, précise-t-elle.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 16 novembre 2020 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.