Vidéo Grande distribution : "Chômage partiel, ça veut dire 'pas de travail', et ça, ça se vérifie", prévient Agnès Pannier-Runacher

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le chômage partiel est là pour "protéger les salariés", rappelle la ministre qui en appelle à la responsabilité de "l'ensemble des acteurs".

"Chômage partiel, ça veut dire 'pas de travail', et ça, ça se vérifie", a averti Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, lundi 16 novembre sur franceinfo, alors que plusieurs enseignes de la grande distribution ont pris la décision de recourir au chômage partiel pour faire face à la fermeture de leurs rayons non alimentaires.

"La logique du chômage partiel, c'est de protéger les salariés", rappelle la ministre, alors que Carrefour, par exemple, a imposé le chômage partiel à 85 000 de ses 100 000 salariés.

Si effectivement 85 000 salariés sont bloqués, ne peuvent pas travailler, c'est légitime. Si c'est seulement 50 000, il y a un problème. 

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie

à franceinfo

Agnès Pannier-Runacher appelle par ailleurs "à la responsabilité de l'ensemble des acteurs", notamment sur la question du "click and collect", utilisé par certaines grandes surfaces pour contourner la fermeture des rayons non essentiels, alors que ce système doit surtout aider les petits commerçants. "Il ne faut pas jouer dans les interstices des règles du jeu", déclare la ministre qui "ne trouve pas que c'est très élégant" de la part des grands magasins.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.