8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Stéphane Le Foll sur le livre sur François Hollande : "Ça ne changera rien"

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, porte-parole du gouvernement, était l’invité de franceinfo, jeudi 13 octobre. Il est revenu sur les polémiques autour de la sortie du livre sur François Hollande.   

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Stéphane Le Foll, ministre de l\'Agriculture et porte-parole du gouvernement.
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement. (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, invité de franceinfo, jeudi 13 octobre, s'est étonné que le livre Un président ne devrait pas dire ça, sorte en même temps que l'interview de François Hollande dans l'Obs, une interview dans laquelle le président de la République se dit "prêt" pour l'élection présidentielle. 

Livre sur François Hollande : il faut tenir compte du contexte pour Le Foll

"Je me suis posé des questions" a avoué Stéphane Le Foll. "Je suis surpris, ça m'étonne, et je ferai ma propre investigation. Parce que là ça m'intéresse de savoir comment cela se fait que ce soit arrivé en même temps." Le porte-parole du gouvernement a également tenu à rappeler que les phrases de François Hollande rapportées dans ce livre ont été tenues au cours de "discussions que l'on peut avoir avec des contextes, ou des actualités" particulières.

Rencontre Hollande/magistrats à l'Elysée : "Pour ce que j'en sais, ça s'est bien passé"

Des propos de François Hollande sur la "lâcheté" de l'institution judiciaire, rapportés dans ce même livre ont créé la polémique. Les deux plus hauts magistrats de l'ordre judiciaire en France, le premier président et le procureur général près de la Cour de cassation, ont été reçus, mercredi soir 12 octobre, à l'Elysée pendant 20 minutes. "Pour ce que j'en sais ça s'est bien passé", a réagi Stéphane Le Foll. 

"Est-ce qu'il y a eu une fois quelque chose qui est venu empêcher la justice de travailler ?  s'est interrogé Stéphane Le Foll. Est-ce qu'une fois on a dérogé à la règle de l'indépendance de la justice ? Est-ce qu'une fois on a remis en cause les moyens de la justice ? Au contraire, on a créé 6 000 postes", a martelé le porte-parole du gouvernement. "La politique qui a été conduite par François Hollande ne peut pas laisser de doute sur ce qu'il pense de la justice". "On a été sur ce sujet-là, [nous] et le président de la République, d'une constance absolue", a conclu Stéphane Le Foll.

Le Foll appelle les Français à regarder le débat de la primaire de la droite et à réfléchir

 A quelques heures du premier débat entre les sept candidats de la primaire à droite, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a demandé aux Français de "bien regarder les propositions qui seront faites" jeudi soir 13 octobre sur TF1. "Je n'attends rien de particulier [de ce débat) si ce n'est que les Français regardent bien, écoutent bien les propositions qui seront faites, a déclaré Stéphane Le Foll. Il y a, sur les deux candidats qui, semble-t-il sont ceux qui pourront jouer le deuxième tour, un programme commun économique et social qui ressemble furieusement à la vieille droite."

"Les téléspectateurs doivent regarder, s'intéresser, mais ils doivent réfléchir aussi" a demandé Stéphane Le Foll : "Chacun, en 2017, aura un choix à faire."

Si vous voulez la dégressivité de la retraite à 65 ans, et bien il faudra voter pour Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy.

Stéphane Le Foll

porte-parole du gouvernement

Le porte-parole du gouvernement a indiqué qu'il regarderait "peut-être" le débat jeudi 13 octobre sur TF1, mais il a tenu à adresser une mise en garde aux Français : "Regardez, écoutez, et puis après, si vous voulez 300 000 suppressions de fonctionnaires, et bien il faudra voter pour Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy...Si vous voulez la fin de la COP 21, et de la transition énergétique, vous avez le choix !".

Stéphane Le Foll, ministre de l\'Agriculture et porte-parole du gouvernement.
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement. (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)