Plaintes contre Damien Abad : "Une situation difficilement tenable", estime le député LR Julien Dive

écouter (7min)

Une plainte pour tentative de viol a été déposée lundi contre le ministre des Solidarités Damien Abad, qui a répliqué en annonçant une plainte pour dénonciation calomnieuse.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Julien Dive (LR) (FRANCEINFO)

"On peut juger que cette situation est difficilement tenable", a estimé lundi 27 juin sur franceinfo Julien Dive, député LR de l’Aisne, alors qu'une nouvelle plainte pour "tentative de viol" a été déposée contre le ministre des Solidarités Damien Abad par une élue centriste.

"Cela devient compliqué. Il est dans une situation difficile", juge Julien Dive. "Le gouvernement est aussi dans une situation difficile." Mais l'élu précise que c'est un sujet qui "concerne surtout le gouvernement, qui regarde la majorité puisque c'est un ministre du président de la République". "Ce n'est plus tellement un sujet qui nous concerne", ajoute le député LR.

"Un parlement qui contrôle le gouvernement, c'est rafraichissant !"

Par ailleurs, Julien Dive s'est aussi intérrogé sur un tout autre sujet : l'accord de gouvernement que tentent d'élaborer Emmanuel Macron et Elisabeth Borne. "Est-ce que ce n'est pas sain, dans notre cinquième République, d'avoir un Parlement qui parlemente, qui contrôle l'action du gouvernement, qui fait des propositions ?", s'e demande le député. "C'est quand même rafraîchissant".

Pendant ce quinquennat, "les Républicains seront dans une position qui sera ni celle de l'obstruction, ni celle de la compromission", rappelle le député LR. "Pendant cinq ans, on a été force de proposition. C'est même la majorité qui a rejeté nos propositions pour les reprendre quelques mois plus tard", souligne Julien Dive. "On restera dans cette logique, celle de faire des propositions, en espérant que, maintenant, la majorité relative à l'Assemblée nationale accepte les propositions."

>> Gouvernement d’Élisabeth Borne : une coalition difficile à trouver

Le député assure que les députés LR vont "traiter cas par cas, texte par texte, projet par projet et avec nos propres propositions". Il estime que jusqu'à présent, "l'habitude" était "d'avoir une Assemblée nationale qui paraissait n'être qu'une chambre d'enregistrement. Il y avait un pouvoir vertical avec une décision verticale qui, finalement, suivait la décision du gouvernement". Aujourd'hui, "depuis bien longtemps, nous allons avoir un Parlement qui va faire son travail et qui ne sera pas dans cette logique-là. Moi, je crois que c'est aussi sain pour la démocratie", se réjouit Julien Dive.

Alors que Jean-François Copé a déploré une situation "de blocage total" du pays, référence aux difficultés pour construire une coalition, Julien Dive juge que le maire LR de Meaux "n'est plus à l'Assemblée nationale depuis 10 ans" et qu'il "commente beaucoup". "J'ai envie de lui dire de nous laisser, nous les députés, et particulièrement la jeune génération, nous laisser travailler, sereinement, sans essayer de nous pousser à ce type d'injonctions." Il trouve "désolant" ce type de commentaires. Selon lui, Jean-François Copé "porte aussi la responsabilité d'avoir jeté comme ça sur la place publique des idées qui n'étaient pas celles portées par les Républicains". Cela a mis "plusieurs candidats" LR en "difficultés".
"Jean-François Copé, s'il se sent mal à l'aise chez les Républicains, qui le dise tout de suite et qu'il prenne une décision", ajoute Julien Dive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.