18h50 franceinfo, France info

Militaires français tués au Mali : "Il serait peut-être bien de revoir le rôle de chacun" au Sahel pour Jean-Michel Jacques

Le député La République en marche a estimé sur franceinfo que la France ne doit pas continuer à combattre seule au Sahel. Selon lui, "il faut des forces africaines, maliennes entre autres, qui doivent être présentes partout".

Jean-Michel Jacques, député La République en marche, le 19 décembre 2018 à l\'Assemblée nationale.
Jean-Michel Jacques, député La République en marche, le 19 décembre 2018 à l'Assemblée nationale. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Il serait peut-être bien de revoir le rôle de chacun" au Sahel, a déclaré mardi 26 novembre sur franceinfo Jean-Michel Jacques, député La République en marche du Morbihan, ancien membre des forces spéciales et vice-président de la Commission de la défense nationale et des forces armées, après la mort de 13 soldats français dans une collision entre deux hélicoptères militaires. Cela porte à 41, selon un décompte de l’AFP, le nombre de morts militaires français morts au Sahel depuis 2013, dans les opérations Serval puis Barkhane.

>> Trop peu de soutien, des Etats affaiblis, une collaboration insuffisante... Les limites de l'intervention française au Mali

"La France est là-bas, à travers l'opération Barkhane, pour détruire et neutraliser les groupes jihadistes et terroristes armés, ce qu'elle fait très bien", explique-t-il. Au total, 4 500 soldats français sont engagés dans l’opération Barkhane au Sahel, "ça peut être suffisant", estime Jean-Michel Jacques. Mais "le nœud du problème", pour l’ancien membre des forces spéciales, c’est qu’"il faut des forces africaines, maliennes entre autres, qui doivent être présentes partout. L'armée malienne, à ce jour, ne se déploie pas assez, n'est pas assez présente sur tout le territoire. Et ça, ce n’est pas à nous de le faire", analyse Jean-Michel Jacques. "Ça ressemblerait d'ailleurs à une force d'occupation, si c'était le cas. Il faut une montée en puissance de nos partenaires africains", ajoute-t-il.

"Il ne faut pas que l'on continue seul"

"La France va rester au Sahel", assure le député, mais "il ne faut pas que l'on continue seul". Il annonce d’ailleurs la future création d’un "groupe de forces spéciales de différentes nationalités" européennes pour "détruire et réduire un adversaire", citant notamment la Suède, le Royaume-Uni, mais pas l’Allemagne, qui devrait être opérationnel dans "un certain temps".

Par ailleurs, Jean-Michel Jacques a trouvé "scandaleux", lors de l’hommage aux soldats décédés à l’Assemblée nationale, la "tribune", estime-t-il, qu’en "a fait la France Insoumise et M. Mélenchon. D'autant plus que, dans le fond, quand vous l'écoutez, il ne connaît pas le dossier, il confond tout."

Les députés de La France Insoumise ont appelé le gouvernement, mardi 26 novembre, à "ouvrir une discussion sérieuse et rationnelle pour envisager les voies de sortie" de la "guerre" au Mali. Pour eux, "le sens" de ce conflit "échappe désormais à nombre de nos compatriotes et de Maliens eux-mêmes".

Jean-Michel Jacques, député La République en marche, le 19 décembre 2018 à l\'Assemblée nationale.
Jean-Michel Jacques, député La République en marche, le 19 décembre 2018 à l'Assemblée nationale. (VINCENT ISORE / MAXPPP)