Pères de famille, jeunes engagés, passionnés de montagne... Voici qui étaient les treize militaires morts dans l'accident d'hélicoptères au Mali

Il s'agit de l'un des plus lourds bilans humains essuyé par l'armée française depuis l'attentat du Drakkar au Liban en 1983, qui avait fait 58 morts.

Les treize militaires français morts lors d\'une mission dans le cadre de l\'opération Barkhane au Mali, le 25 novembre 2019.
Les treize militaires français morts lors d'une mission dans le cadre de l'opération Barkhane au Mali, le 25 novembre 2019. (MINISTERE DES ARMEES)

Treize militaires français de l'opération antijihadiste Barkhane sont morts lundi 25 novembre au Mali, dans la collision accidentelle entre deux hélicoptères de combat, a annoncé mardi la présidence de la République. Cet accident porte à trente-huit le nombre de soldats français tués au Mali depuis le début de l'intervention française, en 2013.

>> Ce que l'on sait de la mort de treize militaires français au Mali

Franceinfo récapitule ce que l'on sait sur les victimes de ce drame.

Au sein du 5e régiment d'hélicoptères de combat de Pau

Nicolas Mégard, 35 ans. Marié et père de trois enfants, le capitaine Nicolas Mégard commandait, depuis 2018, une escadrille d'hélicoptères d'appui et de protection. Ce natif de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) s'était engagé dans l'armée en 2005 et avait passé ses premières années au 35e régiment d'artillerie parachutiste de Tarbes (Hautes-Pyrénées). Après deux opérations extérieures au Kosovo, il était devenu officier, s'était formé au pilotage des hélicoptères Tigre et avait rejoint le 5e régiment de Pau en 2014. "Tacticien chevronné""exigeant" et "toujours performant", Nicolas Mégard est mort lors de sa cinquième opération au Mali en quatre ans, selon l'armée de terre.

Le capitaine Nicolas Mégard.
Le capitaine Nicolas Mégard. (MINISTERE DES ARMEES)

• Benjamin Gireud, 32 ans. Le capitaine Benjamin Gireud était un "travailleur acharné" et "un chef exemplaire, apprécié de ses subordonnés", selon l'armée de terre. Il avait rejoint le régiment de Pau en tant que pilote d'hélicoptère en 2011, après deux ans de formation. Sa première mission au Tchad, en 2013, avait été suivie d'un envoi au Mali en 2014 et de quatre autres missions Barkhane entre 2016 et 2018. Il avait de nouveau été envoyé au Mali, cet été, en tant que pilote Cougar. Il était célibataire.

Le capitaine Benjamin Gireud.
Le capitaine Benjamin Gireud. (MINISTERE DES ARMEES)

• Clément Frisonroche, 28 ans. Marié et père d'un jeune enfant, le capitaine Clément Frisonroche a trouvé la mort lors de sa première opération extérieure, débutée en septembre au Mali. Né à Saint-Mandé (Val-de-Marne), il était issu d'une famille de militaires – une mère dans l'armée de l'air, un père dans la marine, rapporte Sud-Ouest – et sortait de six années de formation, durant lesquelles il s'était spécialisé sur l'hélicoptère Tigre et était devenu chef de patrouille. Au sein de son régiment, cet "officier passionné et exemplaire" s'est montré "rigoureux et très performant", selon l'armée de terre. L'un de ses amis, joint par franceinfo, parle d'"un très bon vivant, toujours de bonne humeur et accueillant".

Le capitaine Clément Frisonroche.
Le capitaine Clément Frisonroche. (MINISTERE DES ARMEES)

• Alex Morisse, 31 ans. Né à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), le lieutenant Alex Morisse s'était formé au métier de pilote d'hélicoptère au sein des écoles de l'aviation légère de l'armée de terre à Dax (Landes) et au Luc (Var). Il avait rejoint le régiment de Pau en 2016 et avait, depuis, été envoyé au Mali chaque année. L'armée de terre salue un "jeune officier rigoureux et consciencieux", qui suscitait l'adhésion "naturelle" de ses subordonnés.

Le lieutenant Alex Morisse.
Le lieutenant Alex Morisse. (MINISTERE DES ARMEES)

• Pierre Bockel, 28 ans. Le lieutenant Pierre Bockel, qui s'était engagé dans l'armée en 2011, avait été affecté dans ce régiment en 2015, après avoir obtenu son brevet de pilote. Il pilotait des hélicoptères Cougar et avait été envoyé quatre fois au Mali entre 2017 et 2019. "Particulièrement performant", il est décrit par son état-major comme un "sportif d'excellent niveau" et un jeune homme "très apprécié de ses camarades".

Né à Mulhouse (Haut-Rhin), Pierre Bockel était le fils de l'ancien maire de la ville, Jean-Marie Bockel, actuel sénateur UDI du Haut-Rhin et plusieurs fois ministre et secrétaire d'Etat, notamment à la Défense et aux Anciens combattants. Ce dernier a témoigné mardi soir sur franceinfo : "C'est le meilleur des fils, le plus merveilleux des garçons. Un fils adorable, un frère adoré, un fiancé amoureux", confie-t-il. Pierre Bockel, qui vivait en couple et allait bientôt être père, était "très fier de ce qu'il faisait, très fier d'être au service de son pays, passionné par son métier de pilote d'hélicoptère", a ajouté son père.

Le lieutenant Pierre Bockel.
Le lieutenant Pierre Bockel. (MINISTERE DES ARMEES)

Julien Carette, 35 ans. Julien Carette s'était engagé dans l'armée dès sa majorité, en 2002, et occupait, dix-sept ans plus tard, le grade d'adjudant-chef. Son parcours l'avait conduit en Afghanistan, en Côte d'Ivoire, au Tchad, au Burkina Faso et au Mali, où il a participé à plusieurs reprises aux opérations Serval puis Barkhane. Il occupait le rôle de mécanicien. L'armée de terre le décrit comme un militaire "d'une grande efficacité", "charismatique et passionné par son métier". Né à Roubaix (Nord), il vivait en couple et était père de deux enfants.

L\'adjudant-chef Julien Carette.
L'adjudant-chef Julien Carette. (MINISTERE DES ARMEES)

• Romain Salles de Saint Paul, 35 ans. Caporal-chef, Romain Salles de Saint Paul exerçait un rôle de technicien, plus exactement "opérateur membre opérationnel de soute", au sein du 5e régiment d'hélicoptères de combat, où il était entré en 2009. En dix ans de carrière, il a effectué des missions au Gabon, à Djibouti et au Mali, où il a servi en 2015, 2018 et 2019. Son état-major le décrit comme un militaire "apprécié de tous""particulièrement disponible et agréable à commander". Né en Colombie, il était marié et père de deux enfants.

Le caporal-chef Romain Salles de Saint Paul.
Le caporal-chef Romain Salles de Saint Paul. (MINISTERE DES ARMEES)

Au sein du 4e régiment de chasseurs de Gap

Romain Chomel de Jarnieu, 34 ans. Engagé dans l'armée en 2012, Romain Chomel de Jarnieu avait été nommé capitaine en mai dernier. Plusieurs fois décoré, il ne participait pas à sa première opération au Sahel : il avait passé quatre mois au Tchad, en 2016, et quatre mois au Mali, en 2017, comme chef d'un peloton de reconnaissance et d'intervention. Le 26 septembre dernier, il avait une nouvelle fois été déployé au Mali, en tant que chef d'équipe commando, et c'est dans ce rôle qu'il participait à l'opération où il a trouvé la mort lundi.

Célibataire et sans enfant, Romain Chomel de Jarnieu est né à La Roche-sur-Yon (Vendée), dans une famille de militaires, rapporte Var Matin. Son père, Benoît Chomel de Jarnieu, est un amiral à la retraite, commandeur de la Légion d'honneur et ancien conseiller gouvernemental pour les questions de défense. Sa mère, Brigitte Chomel de Jarnieu, a présidé l'Association pour le développement des œuvres sociales de la marine (Adosm).

Le capitaine Romain Chomel de Jarnieu.
Le capitaine Romain Chomel de Jarnieu. (MINISTERE DES ARMEES)

Alexandre Protin, 33 ans. Ce maréchal des logis-chef a effectué toute sa carrière militaire au sein du 4e régiment des chasseurs de Gap, où il s'était engagé en 2009. Une carrière qui l'a amené à intervenir en Côte d'Ivoire, entre 2011 et 2012, et à effectuer plusieurs missions au Mali, pendant quatre mois en 2016, puis trois mois, de novembre 2018 à janvier 2019. Il y était une nouvelle fois déployé depuis le 26 septembre, au sein d'un groupement tactique désert aérocombat où il occupait le rôle de tireur Minimi, une mitrailleuse légère. L'armée de terre décrit un soldat qui se distinguait "par sa rigueur et son enthousiasme au quotidien". Vivant en concubinage, sans enfant, il laissait entrevoir sur les réseaux sociaux son goût pour l'escalade des sommets alpins.

Le maréchal des logis-chef Alexandre Protin.
Le maréchal des logis-chef Alexandre Protin. (MINISTERE DES ARMEES)

• Antoine Serre, 22 ans. Il s'agit de la plus jeune victime de l'accident. Engagé dans l'armée en 2015, le maréchal des logis Antoine Serre effectuait sa troisième mission au Mali, où il avait servi en 2017 puis de septembre 2018 à janvier 2019. Il y avait fait son retour en septembre, occupant, au sein de son groupement tactique aérocombat, le poste de secouriste de combat. L'armée de terre salue "sa rigueur et son enthousiasme pour les missions"

Sur les réseaux sociaux, Antoine Serre affichait sa passion des sports de montagne et de la course à pied – l'Amicale des coureurs de fonds d'Auvergne a adressé ses "condoléances" à sa famille. Né à Riom (Puy-de-Dôme), il avait grandi à Charbonnières-les-Varennes, dont le maire, interrogé par La Montagne, se dit "bouleversé" : "C'était un jeune très sympathique, qui ne faisait pas parler de lui". Il était pacsé, sans enfant.

Le maréchal des logis Antoine Serre.
Le maréchal des logis Antoine Serre. (MINISTERE DES ARMEES)

• Valentin Duval, 24 ans. Ce maréchal des logis a effectué toute sa carrière militaire, depuis 2014, au sein du 4e régiment des chasseurs de Gap. Notamment employé comme opérateur réseaux mobiles puis technicien graphiste, lors de deux missions au Mali en 2016 et 2017, il servait cette fois en tant que chef de cellule radio de son commando. L'armée de terre loue "son grand professionnalisme" et "son très bon état d'esprit", sans oublier "son amour pour la montagne", sans doute hérité de son enfance dans les Hautes-Alpes, dans la petite commune de Puy-Sanières. "C'était un gamin sérieux, poli, respectueux", se souvient la maire de la commune, Valérie Rossi, dont les administrés sont "sous le choc" dans un village où "les jeunes se fréquentent tous". Il était célibataire et n'avait pas d'enfant.

Le maréchal des logis Valentin Duval.
Le maréchal des logis Valentin Duval. (MINISTERE DES ARMEES)

Au sein du 93e régiment d'artillerie de montagne de Varces

• Jérémy Leusie, 33 ans. Le maréchal des logis-chef Jérémy Leusie appartenait, depuis février 2007, au 93e régiment d'artillerie de montagne de Varces (Isère). "Endurant et dynamique", il s'était fait remarquer "immédiatement parmi les meilleurs", selon l'armée de terre. Ce soldat "de grande valeur, motivé et volontaire" avait été envoyé en opération extérieure (Opex), au Tchad, dès ses 21 ans. Depuis, il avait participé à cinq autres Opex, en Afghanistan et au Mali et rejoint le commando montagne de son régiment. Il avait été promu en mai dernier. Né à Laval (Mayenne), cet adepte d'alpinisme avait grandi à Angers (Maine-et-Loire), où réside une partie de sa famille. Il vivait en couple.

Le maréchal des logis-chef Jérémy Leusie.
Le maréchal des logis-chef Jérémy Leusie. (MINISTERE DES ARMEES)

Au sein du 2e régiment étranger de génie de Saint-Christol

Andreï Jouk, 43 ans. Andreï Jouk était sergent-chef au sein de la Légion étrangère, qu'il avait rejoint il y a onze ans. Marié et père de quatre enfants, il appartenait au deuxième régiment étranger de génie de Saint-Christol d'Albion (Vaucluse). Reconnu pour son "comportement exemplaire", ses "qualités physiques" et sa "grande maturité", il avait intégré, ces dernières années, le groupement de commando montagne, une unité d'élite. Sa mort en opération est survenue à l'occasion de sa quatrième opération extérieure, la troisième au Mali en moins de deux ans.

Le sergent-chef Andreï Jouk.
Le sergent-chef Andreï Jouk. (MINISTERE DES ARMEES)