Invasion de l'Ukraine : Hervé Morin y voit "la part de folie humaine" d'un chef d'État qui crée "les conditions d'une crise internationale majeure"

écouter (7min)

Pour l'ancien ministre de la Défense Hervé Morin, le geste que pourrait faire l'Europe pour contrer l'invasion russe serait de déplacer "des unités militaires de l'Alliance atlantique vers les frontières de l'Est".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
L'ancien ministre de la Défense Hervé Morin, le 15 février 2022. (EMILE KEMMEL / HANS LUCAS VIA AFP)

L'ancien ministre de la Défense Hervé Morin voit dans l'invasion de l'Ukraine par la Russie "la part de folie humaine qui amène un chef d'Etat d'un régime autoritaire à créer les conditions d'une crise internationale majeure". Invité de franceinfo jeudi 24 février, Hervé Morin se demande "quelle est la part de rationalité de la décision de Vladimir Poutine". L'ancien ministre de la Défense estime par ailleurs qu'il faut déplacer "des unités militaires de l'Alliance atlantique" vers les frontières de l'Est pour affirmer "notre fermeté et notre courage".

>>>Conflit Russie-Ukraine : suivez notre direct

franceinfo : Êtes-vous surpris par l'invasion de l'Ukraine par la Russie ?

Hervé Morin : Je suis surpris. Parce que quelle est la part de folie humaine qui amène un chef d'État d'un régime autoritaire à créer les conditions d'une crise internationale majeure ? C'est la question d'un citoyen qui se dit, l'Europe n'a pas suffisamment payé au 20e siècle et durant toute son histoire par des guerres ? Pourquoi ? Pour deux provinces dans lesquelles il y a des minorités russes importantes. La question que l'on doit se poser est quelle est la part de rationalité dans cette décision de Vladimir Poutine.

Les Occidentaux envisagent des sanctions économiques. Est-ce que c'est suffisant ?

Qu'est-ce qu'il y aurait d'autre de possible ? Personne ne peut imaginer que les Européens accepteraient - je le dis aussi brutalement que ça - de mourir pour l'Ukraine ? Cela nous rappelle d'autres tribunes à d'autres époques sur "mourir pour Dantzig". Personne n'imagine que l'on puisse rentrer dans une escalade militaire. Parce que nous, on est des démocraties et que l'on veut la paix et la stabilité du monde. Les Russes ont l'habitude de vivre avec des sanctions économiques. Cela fait des années qu'ils le font. C'est plutôt nous qui allons payer les conséquences de nos propres sanctions économiques, même s'il les faut, parce que les matières énergétiques, le blé, les exportations, parce que cela va créer une série de désordre et que ces désordres-là, on les paiera. Les Russes, c'est une société résiliente, ils vivent chichement. Les conséquences chez nous seront plus lourdes que chez eux.

Des représailles contre des entreprises et des oligarques russes sont promises par les Occidentaux, mais pas contre Vladimir Poutine. Faut-il des sanctions personnelles contre le président russe ?

Il faut qu'il y ait des sanctions pour tout le monde, pour tous ceux qui détiennent des avoirs en Europe. Je ne suis pas sûr que Poutine soit allé mettre son fric dans les banques européennes. Il doit y avoir des sociétés écran qui doivent le protéger. Il n'y a pas de raison que des sanctions qui seraient imposées ne touchent pas tout le monde et notamment les dirigeants du pays à l'origine de la crise.

Faut-il envoyer des renforts dans les pays limitrophes de l'Ukraine ?

Il faut dire à Poutine que ce qu'il fait en Ukraine ne serait pas possible ailleurs. Il faut lui dire, qu'il ne peut pas y avoir un pas de plus. Déjà il y a un pas de trop. Mais là, ce serait un pas de plus. Ce serait inacceptable pour la stabilité de l'Europe. Le montrer en prépositionnant et en déplaçant des unités militaires de l'Alliance atlantique vers les frontières de l'Est serait un geste qui démontre notre fermeté. À un moment, il faut qu'on affiche clairement notre fermeté et notre courage.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.