Cet article date de plus de six ans.

#MonEnvoyéSpécial répond aux internautes dans l'émission du 14 février

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.

Le dernier numéro de #MonEnvoyéSpécial était consacré aux coulisses des services de renseignement français et il vous a fait réagir sur les réseaux sociaux. Guilaine Chenu et Françoise Joly ont répondu à certains de vos commentaires à l’antenne.

Faut-il choisir entre liberté et sécurité ? Un mois après les attaques de Paris les 7, 8 et 9 janvier, c’est le débat que vous avez engagé avec le hashtag #MonEnvoyeSpecial, sur Twitter @Envoye_Special et notre page Facebook, avant et pendant la diffusion de notre reportage “Dans l’ombre du renseignement français”.

Pour plusieurs d’entre vous, les effectifs d’agents secrets dédiés à la lutte contre le terrorisme devraient ainsi être renforcés. Jean-Claude Nègre écrit par exemple dans un commentaire Facebook : “Il nous faudra accepter de voir certaines de nos libertés mises entre parenthèses car le terrorisme sait utiliser nos libertés et les utilisera toutes... Nos pratiques policières et judiciaires devront être modifiées en fonction de ces nouveaux risques identifiés.”

Dans les faits, la réponse du gouvernement aux menaces d’attentat a bel et bien pris un tournant avec la loi du 13 novembre 2014, renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme. Par exemple, le ministère de l’Intérieur peut désormais, sans passer par l’avis d’un juge, interdire la sortie du territoire à un ressortissant français soupçonné de participer à des activités terroristes à l’étranger. Plusieurs associations s’opposant au texte de loi se sont également inquiétées que l’administration puisse dorénavant décider seule de bloquer un site faisant l’apologie du terrorisme.

Une question de stratégie ?

Faisant référence aux tueries de Charlie Hebdo et de l’épicerie Hyper Casher, Éric Cayol écrit sur notre page Facebook : “Il aura fallu hélas 17 morts pour que nos politiques prennent conscience qu'il faut donner plus de moyens à nos différents services de renseignement, police, gendarmerie !”

En réponse aux attentants de Paris, le Premier ministre Manuel Valls a en effet annoncé, mercredi 21 janvier, un renforcement des effectifs du renseignement intérieur, avec 500 emplois créés au sein de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Cependant, pour certains experts, comme le sociologue de la délinquance Laurent Mucchielli, la solution pour prévenir les attentats ne tient pas forcément à la multiplication du nombre d’agents secrets : “C’est au contraire dans la police de proximité, de tous les jours, de surveillance et de connaissance intime du terrain que réside une des formes [...] de prévention des incidents” terroristes.

La rédaction de #MonEnvoyéSpécial vous remercie pour vos commentaires et vous donne rendez-vous dès jeudi 19 janvier pour voter pour l’émission du samedi 28 février. Six reportages seront au choix et lorsque vous aurez voté, posez-nous des questions sur Twitter @Envoye_Special et la page Facebook de l’émission. Guilaine Chenu et Françoise Joly vous répondront à l’antenne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.