"13h15 le samedi". Le village de Kenza

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 31 min
13h15, le samedi...
Article rédigé par France 2
France Télévisions
France 2
Une semaine après le terrible tremblement de terre au Maroc qui a fait plus de 2 900 morts, "13h15 le samedi" propose un témoignage bouleversant. Celui de Kenza, originaire d’un petit village du Haut Atlas presque totalement rasé par ce séisme.

Dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 septembre 2023, la vie de millions de personnes a basculé en une fraction de seconde. Un séisme de magnitude 6,9 a frappé le Maroc en plein cœur, faisant plus de 2 900 morts et 5 500 blessés selon le décompte officiel du 13 septembre. L’épicentre se situait dans la province d’al-Haouz, à environ soixante-dix kilomètres au sud-ouest de Marrakech.

Le séisme meurtrier qui a endeuillé le Maroc a déclenché un élan de solidarité dans tout le pays et au-delà. Les images des corps retrouvés sous les décombres et des rescapés qui ont tout perdu, toutes ces vies détruites, ont touché beaucoup d’étrangers et de Marocains, dont Kenza Fenjiro que les équipes de "13h15 le samedi" (X#13h15) ont suivie.

Une extraordinaire chaîne de solidarité

Bouleversée par le tremblement de terre, cette Marocaine qui travaille dans l’hôtellerie s’est rendue dans la région de son enfance, la très belle vallée d’Ouirgane dans le Haut Atlas, où sa famille tient un hôtel. A seulement trente kilomètres de l’épicentre du séisme, certains de ces villages de montagne, parfois difficiles d’accès, ont été littéralement soufflés.

Après le choc face aux destructions, Kenza a essayé d’aider, à son niveau, les habitants. Les réconforter face au drame, cibler leurs besoins, participer à la distribution de nourriture, accompagner au mieux ceux qui ont tout perdu.

Un reportage de Jean-Sébastien Desbordes, Matthieu Martin, Stéphane Kenech et Morgane du Liège.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.