États-Unis : les élections américaines et la guerre de la désinformation

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min
La cellule "vrai ou faux" de Franceinfo revient sur le rapport à la désinformation de certains candidats républicains. Décryptage, lundi 15 janvier, par le journaliste Louis Augry
États-Unis : les élections américaines et la guerre de la désinformation La cellule "vrai ou faux" de Franceinfo revient sur le rapport à la désinformation de certains candidats républicains. Décryptage, lundi 15 janvier, par le journaliste Louis Augry (Franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - L. Augry
France Télévisions
franceinfo
La cellule "vrai ou faux" de Franceinfo revient sur le rapport à la désinformation de certains candidats républicains. Décryptage, lundi 15 janvier, par le journaliste Louis Augry.

Le principal favori du scrutin, Donald Trump, a récemment fait circuler plusieurs fake news sur ses principaux concurrents, notamment Nikki Haley, actuellement derrière lui dans les sondages. Il l’accuse d’être inéligible pour la Maison-Blanche, en raison de ses origines.

Selon Donald Trump, ses parents n’étaient pas citoyens américains au moment de sa naissance en 1972. Étant née en Caroline du Sud (États-Unis), elle est pourtant éligible quelles que soient ses origines familiales, indique le journaliste Louis Augry, de la cellule "vrai ou faux", qui précise que Donald Trump "avait utilisé le même type d’attaque contre Barack Obama par le passé"

Tous les coups sont permis 

Donald Trump n’est toutefois pas le seul à utiliser ce genre de pratique. L’équipe de Ron DeSantis, troisième candidat dans les sondages, a partagé une vidéo où l’on voit Donald Trump embrasser Anthony Fauci, le scientifique qui était en charge de la crise Covid-19. Les images ont été en réalité générée par intelligence artificielle. Nikki Haley essaye de se distinguer de ses adversaires. Elle a mis en place un site internet qui traque les fake news du gouverneur de Floride. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.