Élection présidentielle 2022 : après les régionales, le calendrier s’accélère pour les écologistes

Les écologistes désigneront leur candidat pour l’élection présidentielle lors d’une primaire en septembre qui réunira plusieurs partis. La date limite pour se déclarer a été fixée au 12 juillet.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le maire de Grenoble, Eric Piolle, le 26 mai 2021, à Lyon, lors d'une conférence de presse. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Mercredi 30 juin, Éric Piolle, le maire de Grenoble, lance officiellement sa candidature à la primaire des écologistes, lors d’une conférence de presse, après s’être déclaré la veille sur France Bleu Isère. Elle aura lieu en septembre et doit permettre au pôle écologiste, un rassemblement de plusieurs partis, de désigner un candidat ou une candidate pour la présidentielle. La date limite pour se déclarer est le 12 juillet. Car après les régionales, tout s’accélère désormais.

L’ancienne numéro 2 du parti, Sandrine Rousseau, s’était lancée la première. Il faut désormais compter sur Éric Piolle qui se voit à la tête d’un large "arc humaniste". Et surtout pas de "Hollande Vert", comme ses opposants surnomment parfois Yannick Jadot, pas vraiment pressé de se déclarer alors qu’il se prépare activement. Son directeur de campagne, Mounir Satouri, assure qu’il ne contournera pas la primaire :

"Yannick a toujours dit qu'il ne ferait rien en dehors de sa famille politique et à partir du moment où le parti s'est doté d'une procédure et d'un calendrier, il ne fera rien contre sa famille politique."

Mounir Satouri

à franceinfo

L’eurodéputé se prononcera après avoir réuni ses soutiens ce week-end. Probable déclaration au dernier moment aussi pour Delphine Batho, dont le parti, Génération écologie, se réunit en fin de semaine et qui, selon son porte-parole, Quentin Guillemain, veut en finir avec les idées d’union de la gauche. "Nous pensons que c'est la clarté et l'indépendance de l'écologie politique qui fera que nous arriverons à convaincre de très nombreux électeurs", indique-t-il.

Un petit coup de pression en forme de mise en scène pour Sandra Regol, la secrétaire nationale adjointe EELV. "Le temps des candidatures approche et il y a toujours des positionnements qui se radicalisent d'un côté comme de l'autre", analyse cette dernière. Les candidats potentiels ont jusqu’au 12 juillet pour faire connaître leurs intentions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Yannick Jadot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.