Risques terroristes : mesures "renforcées dans les lieux publics et les transports"

Les mesures de sécurité vont être renforcées dans les lieux publics et les transports en France après l'exécution de l'otage en Algérie par un groupe qui a fait allégeance à l'Etat islamique, a annoncé jeudi l'Elysée après un conseil de défense.

(Les mesures de sécurité renforcées dans transports et lieux publics © Maxppp)

"Les mesures de prévention contre les risques terroristes mises en oeuvre sur le territoire national vont être renforcées dans les lieux publics et dans les transports ", peut-on lire dans un communiqué après le conseil de défense qui avait lieu jeudi à l'Elysée, au lendemain de la décapitation de l'otage Hervé Gourdel en Algérie par un groupe proche du groupe djihadiste Daech.

Les drapeaux seront égalementmis en berne vendredi, samedi et dimanche en France pour rendre hommage à l'otage français assassiné en représailles aux premières opérations françaises en Irak. "La France tout entière est en deuil après l'exécution barbare de notre compatriote" , peut-on lire dans le communiqué. "Ce crime ne saurait rester impuni ".

A lire aussi ►►►  Assassinat d'Hervé Gourdel : Fabius dénonce une "infamie"

La question d'une intervention en Syrie est "posée" ?

"La loi renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme en cours d'adoption au Parlement permettra, dans le respect des libertés, de contrer plus efficacement encore la menace des combattants étrangers ", précise aussi l'Elysée. Dans la lutte contre les filières djihadistes, la France est prête à apporter son soutien "à tous les Etats qui en feraient la demande ", ajoute le communiqué. Il est par ailleurs confirmé que "la France poursuivra son action en Irak ", les rafales ont mené de nouveaux raids tôt jeudi matin, a annoncé à la mi-journée le porte-parole du gouvernement.

Paris limite pour l'instant son action militaire à l'Irak, même si la question d'une intervention en Syrie voisine, où opère également le groupe Daech, "est posée ", a déclaré jeudi matin le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. La France "poursuivra et intensifiera son soutien aux forces de l'opposition syrienne qui combattent aujourd'hui les groupes djihadistes ", peut-on lire jeudi dans le communiqué de l'Elysée. Mercredi, au siège des Nations unies à New York, François Hollande a déclaré que la France n'avait aucune intention d'opérer militairement en Syrie, où les Etats-Unis opèrent.