Cet article date de plus de six ans.

Otage français : ce que l'on sait des "Soldats du Califat"

L'enlèvement et la décapitation du Français Hervé Gourdel ont été revendiqués par les "Soldats du Califat" en Algérie, un des groupes d'Aqmi qui ont rallié ces dernières semaines l'Etat islamique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Carte de localisation des monts de Tikjda (Algérie) où a été enlevé l'otage français Hervé Gourdel © Idé)

A l'origine des "Soldats du Califat", une "brigade qui faisait partie d'Al-Qaïda au Maghreb islamique et dont le chef faisait déjà partie du GIA dans les années 9 0" explique Mathieu Guidère, spécialiste de de géopolitique dans le monde arabe. Cette brigade a d'abord rejoint "le GSPC, le groupe salafiste pour la prédication et le combat" avant de rallier Aqmi. Et il tenait "avec son groupe la région de Thenia au nord-est de l'Algérie, en Kabylie ". Nouveau rebondissement ces dernières semaines. "A la suite d'un différend avec le chef d'Aqmi ", le chef de cette brigade, "a décidé de rejoindre l'Etat Islamique. Il a prêté allégeance officiellement et a changé le nom de son groupe pour l'appeler les 'Soldats du Califat'' en Algérie" .

Les "Soldats du Califat" expliqué par Mathieu Guidère, spécialiste de de géopolitique dans le monde arabe
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Et ce n'est pas le seul groupe à se rallier ainsi. Pour le politologue franco-libanais, Antoine Basbous, "la semaine dernière, au moins trois groupes dans le grand Maghreb ont fait allégeance à l'Etat islamique parce qu’ils trouvent qu’Al-Qaïda est dépassé, has been et que Daech est beaucoup plus attractif ".

"Daech attire beaucoup de djhadistes y compris dans le Magreb" (Antoine Basbous)
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"On est dans un cadre d'exécutant pour exécuter des basses taches" (Mathieu Guidère)

"La déclaration d'allégeance consiste à mettre à disposition des hommes et des armes pour mener des opérations suivant les instructions de l'EI. On est dans un cadre d'exécutant pour exécuter des basses taches. Un groupe au moins a envoyé des combattants sur le front" précise Mathieu Guidère. "Le fait que le chef de l'Etat islamique donne l'ordre de s'attaquer aux Français, c'est comme si l'Etat islamique faisait cette opération. Et comme EI a inauguré un modus operandi d'une barbarie extrême, malheureusement le pire est à craindre". 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.