Cet article date de plus d'un an.

Marion Maréchal nommée vice-présidente du parti d'Eric Zemmour

La nièce de Marine Le Pen avait soutenu Eric Zemmour au premier tour de l'élection présidentielle. Le parti qu'il a fondé, Reconquête !, a par ailleurs présenté la composition de ses instances dirigeantes.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Marion Maréchal délivre un discours lors d'un meeting d'Eric Zemmour à Toulon (Var), le 6 mars 2022. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

La nièce de Marine Le Pen renforce son soutien à Eric Zemmour. Après avoir soutenu le candidat d'extrême droite à l'élection présidentielle, Marion Maréchal a annoncé qu'elle intégrait officiellement le parti Reconquête !, mardi 19 avril sur Twitter. Elle a été nommée vice-présidente exécutive du mouvement.

L'ancienne députée du Vaucluse formalise donc son engagement auprès d'Eric Zemmour, qui a obtenu 7,07% des voix au premier tour de l'élection présidentielle. Elle l'avait rejoint début mars après plusieurs semaines de rumeurs, ce que sa tante avait présenté comme une trahison familiale. "Evidemment, c'est brutal, c'est violent, c'est difficile pour moi", avait réagi la candidate dès janvier. Le 12 avril, Marine Le Pen a assuré que ni Marion Maréchal ni Eric Zemmour ne feraient partie de son gouvernement en cas de victoire au second tour. 

Le parti Reconquête ! a également présenté la composition de ses instances dirigeantes le même jour, par un communiqué de presse. Le bureau exécutif regroupe les principaux soutiens d'Eric Zemmour lors de la campagne : Marion Maréchal sera accompagnée à la vice-présidence par Nicolas Bay et Guillaume Peltier (transfuges du Rassemblement national et des Républicains), ainsi que par Stanislas Rigault (président de Génération Z), et par Sarah Knafo, qui occupe de nombreuses fonctions-clés.

L'ancienne députée du Vaucluse avait quitté la vie politique en 2017 pour fonder l'ISSEP, un institut privé à Lyon. Deux de ses dirigeants sont visés par une plainte pour "harcèlement moral".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.