Accord LFI-EELV : Manuel Bompard salue "un accord historique", "le début d'une dynamique" à gauche

Invité sur France Inter, Manuel Bompard, directeur de campagne des législatives pour La France insoumise et député européen, se réjouit de l'accord signé entre son parti et Europe Ecologie-Les Verts et espère une union de toutes les forces de gauche pour les législatives.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Manuel Bompard, député européen La France Insoumise, le 2 mai 2022 sur France Inter. (CAPTURE ECRAN / FRANCE INTER)

"On peut parler d'un accord historique", a indiqué Manuel Bompard, directeur de campagne des législatives pour La France insoumise et député européen, invité ce lundi 2 mai sur France Inter. Il réagissait à l'accord conclu cette nuit entre son parti et Europe Ecologie-Les Verts, scellant leur alliance aux législatives du 12 et 19 juin prochain. "C'est historique parce que ça enclenche le début d'une dynamique", a-t-il estimé, alors que des rendez-vous sont prévus "dans les prochaines heures" avec les autres formations politiques de gauche, le Parti socialiste et le Parti communiste, pour trouver un accord. "L'objectif est de faire en sorte d'aborder les élections législatives avec une perspective majoritaire, pour les remporter et appliquer un programme partagé", a affirmé Manuel Bompard.

"On s'est mis d'accord sur la volonté de réaffirmer l'objectif de la retraite à 60 ans et de bloquer les prix sur les produits de première nécessité", a détaillé l'élu LFI, tout en reconnaissant qu'il y a "des sujets sur lesquels on va continuer à discuter pour pouvoir avoir des positions communes", notamment sur les questions internationales. "Je considère qu'on est d'accord sur 90-95% des sujets, c'est positif, on marque une première étape", a-t-il insisté, estimant qu'il peut y avoir "des approches un peu différentes" et que "ce n'est pas déterminant", car "chacun conservera sa liberté".

>>Législatives 2022 : suivez notre direct

Sur les points durs de la discussion, Manuel Bompard a nié avoir fait des compromis, que ce soit pour LFI ou pour EELV, notamment sur la question européenne. "On a seulement précisé notre position", a-t-il ajouté. "Il est écrit qu'aucun d'entre nous n'a une volonté de sortir de l'Union européenne, ou une volonté de détruire l'Union européenne, mais il y a aussi dans le texte l'idée que s'il faut désobéir à certaines règles pour appliquer notre programme, il faudra le faire", a expliqué l'élu insoumis, assurant que ça ne concernera pas les libertés fondamentales.

Pour Manuel Bompard, c'est "la difficulté et l'impossibilité de figurer au 2e tour" qui "a permis de faire en quelques semaines ce que [la gauche] n'avait pas réussi à faire préalablement", à savoir avant la présidentielle. "Bien évidemment, il y a eu des moments difficiles pendant la campagne présidentielle, personne ne les a oubliés, mais notre responsabilité c'est d'être en capacité de passer à autre chose, d'ouvrir une nouvelle étape ensemble et de ne pas rester dans les rancœurs du passé", a indiqué le directeur de campagne des législatives pour La France insoumise. Il a par ailleurs assuré qu'en cas d'une majorité de gauche à l'Assemblée, le gouvernement de Jean-Luc Mélenchon "reflètera la diversité de cette coalition".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti communiste français - PCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.