Cet article date de plus d'un an.

Motion de censure : il n'y a pas eu d'arrangement entre la Nupes et le RN, assure l'écologiste Yannick Jadot

L'eurodéputé écologiste assure qu'"aucun député écologiste ne s'est réjoui du vote du RN de cette motion de censure" sur le budget 2023 et appelle à arrêter "les polémiques et les buzz à répétition". Sinon, prédit-il, "c'est la victoire de Marine Le Pen dans cinq ans".

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, le 27 octobre 2022 sur France Inter. (FRANCEINTER / RADIO FRANCE)

Le chef de l'État, invité mercredi soir sur France 2, a dénoncé le "désordre" et le "cynisme" des oppositions, accusant la gauche de s'être mise "main dans la main avec le Rassemblement national" pour voter lundi une motion de censure contre le gouvernement d'Élisabeth Borne, qui a échoué faute d'avoir rallié les voix de la droite. Yannick Jadot, eurodéputé écologiste, invité jeudi 27 octobre sur France Inter, assure "qu'aucun député écologiste ne s'est réjoui du vote du RN de cette motion de censure" concernant le budget 2023.

>> "Y a-t-il eu une négociation de la honte ?" Gérald Darmanin demande à LFI de s’expliquer sur la motion de censure votée avec le RN

Alors que la Nupes est accusée d'avoir modifié sa motion, en retirant un aspect lié à l'immigration, pour obtenir les votes du RN, Yannick Jadot assure "que ce n'est pas ce que disent les députés écologistes". "La prochaine fois, la leçon, c'est qu'on fera une motion qui sera invotable par le Rassemblement national", assure l'eurodéputé. Yannick Jadot dit en avoir "assez" de ce débat sur le Rassemblement national et "la responsabilité des alliances". "On ne peut pas contrôler le vote du RN", ajoute-t-il, tout en appelant à "construire des votes qui, sur des motions de censure, ne jouent pas l'alliance avec le RN". 

 

Yannick Jadot dénonce également "la stratégie" de la France insoumise qui "vise à rassembler l'ensemble des oppositions pour faire tomber le gouvernement. Ce n'est pas la position des écologistes", assure-t-il. "Si nous n'arrêtons pas cette brutalisation du débat politique, cette instrumentalisation du Rassemblement national, y compris pour justifier nos faillites sur le fond et sur nos pratiques politiques, c'est le RN, avec la droite qui gouvernera demain", poursuit-il. "Si on n'arrête pas les polémiques et les buzz à répétition, c'est la victoire de Marine Le Pen dans cinq ans".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.