Le député LFI Carlos Martens Bilongo dépose quatre plaintes, une pour "injures publiques" et trois pour "diffamation"

Le député insoumis du Val-d'Oise a notamment porté plainte contre le secrétaire général adjoint du syndicat France Police, Bruno Attal. Ce dernier avait affirmé qu'à LFI, "les antisémites pullulent".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le député La France insoumise Carlos Martens Bilongo à l'Assemblée nationale, le 8 novembre 2022. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le député La France insoumise Carlos Martens Bilongo a déposé quatre plaintes jeudi 24 novembre, a appris vendredi 25 novembre franceinfo de source proche du dossier. Dans ces documents, que franceinfo a pu consulter, le député dépose plainte pour "injures publiques par voie électronique" et pour "diffamation publique par voie électronique envers un membre élu au Parlement" contre Bruno Attal, le site internet de Jean-Marc Morandini, le magazine Valeurs actuelles et la radio Europe 1.

>> Propos racistes à l'Assemblée : Grégoire de Fournas, un député coutumier des dérapages sur l'Afrique

Première plainte – pour "injures publiques" – contre le secrétaire général adjoint du syndicat France Police, Bruno Attal, concernant un tweet publié par ce dernier le 6 novembre : "Je remarque que LFI est le seul parti où il n'y a pas de juifs, par contre les antisémites pullulent".

Le supposé soutien d'une mosquée au député

Autre plainte déposée par Carlos Martens Bilongo, cette fois contre l'animateur et journaliste Jean-Marc Morandini et contre X pour "diffamation publique par voie électronique envers un membre élu au Parlement". En cause : un message publié sur le site de l'émission de Jean-Marc Morandini – le 7 novembre dernier – et accompagné d'un texte affirmant que le député a reçu "le soutien en juin dernier de la mosquée de Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), dans laquelle officiait l'imam Luqman Haider, condamné par le tribunal de Pontoise à 18 mois de prison et à une interdiction définitive du territoire français pour apologie du terrorisme". Sous le texte apparaissait également une photo de la mosquée et cette légende : "Notre mosquée a accueilli Carlos Martens Bilongo". Pour le député, il s'agit d'une fausse information qu'il dénonce. Le député insoumis a également déposé une autre plainte contre Geoffroy Lejeune, le directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, et Antoine You, journaliste pour ce même média, là encore pour "diffamation publique", toujours concernant le partage de l'information affirmant que le député aurait été soutenu par la mosquée de Villiers-le-Bel.

Enfin, une dernière plainte pour "diffamation publique" contre le journaliste Alexis Delafontaine et contre Constance Benque, la directrice de publication d'Europe 1. Là encore pour les propos concernant le soutien de la mosquée au député. Le 7 novembre dernier, le journaliste animait une émission de radio sur Europe 1. Au cours de cette émission, il a déclaré que le député "avait reçu le soutien en juin dernier de la mosquée de Villiers-le-Bel alors que l'ancien imam a été condamné pour apologie du terrorisme".

Carlos Martens Bilongo avait été interrompu le 3 novembre dernier à l'Assemblée nationale par le député RN Grégoire de Fournas au sujet des migrants de l'Ocean Viking, ce dernier ayant lancé "Qu'il retourne en Afrique".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Assemblée nationale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.