Assemblée nationale : Élisabeth Borne va-t-elle solliciter la confiance des députés ?

Publié
Assemblée nationale : Élisabeth Borne va-t-elle solliciter la confiance des députés ?
franceinfo
Article rédigé par
D. Karcher-Mourgues - franceinfo
France Télévisions

Élisabeth Borne n’est pas dans l’obligation de convoquer devant l'Assemblée nationale un vote de confiance, qui pourrait être risqué pour la Première ministre.

La Première ministre Élisabeth Borne doit-elle prendre le risque de solliciter la confiance des députés ? "En 2017, à sa nomination, Édouard Philippe avait fait à la fois un discours de politique générale et convoqué un vote de confiance", rappelle la journaliste Diane Karcher-Mourgues, mercredi 29 juin, sur le plateau du 23h de franceinfo. "Mais cette fois-ci, Matignon annonce simplement pour le 5 juillet un discours de politique générale devant l’Assemblée nationale", poursuit-elle.

Les précédents cas d'Édith Cresson et de Pierre Bérégovoy

Rien n’oblige la Première ministre à demander la confiance devant l’Assemblée. "C’est une option qui est offerte au gouvernement par la Constitution", précise la journaliste. "Élisabeth Borne ne serait pas la première à s’en passer. C’était notamment le cas d’Édith Cresson et de Pierre Bérégovoy, sous François Mitterrand. À l’époque, comme aujourd’hui, le gouvernement n’avait pas de majorité absolue à l’Assemblée nationale. Le risque politique est jugé trop élevé (pour Élisabeth Borne)", explique Diane Karcher-Mourgues.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.