Vidéo Michel Sardou menace de quitter la France, Jean-Luc Mélenchon lui répond : "Restez, on vous aime trop !"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le chanteur s'est dit prêt à quitter la France si le chef de file de La France insoumise gagnait les élections législatives et était nommé Premier ministre. 

Après le "S'il gagne, je me tire" de Michel Sardou, Jean-Luc Mélenchon lui répond, vendredi 3 juin sur franceinfo : "Ne partez pas, restez, on vous aime trop et vous aimez trop votre pays !" Le chanteur s'est en effet invité dans la campagne des législatives en menaçant dans une interview à Paris-Match de s'exiler si jamais le dirigeant de La France Insoumise parvenait à être désigné Premier ministre. 

"Je ne sais pas pourquoi il veut partir, s'amuse Jean-Luc Mélenchon. Il y a beaucoup de Français qui l'aiment, il fait partie du patrimoine. Ça lui plaît ou ça ne lui plaît pas, mais c'est comme ça. Et puis lui-même, il aime son pays ! Je me rappelle quand même de son 'Ne m'appelez plus jamais France'. Je vais lui dire : ne faites pas ça !" D'autant, poursuit le chef de file de LFI, que la Nupes propose un impôt universel, y compris pour les Français domiciliés à l'étranger : "Avec le système d'impôt universel que nous avons imaginé, vous pouvez aller même en enfer, je vous rattrape avec la note !"

"Gallo-gauchiste"

Jean-Luc Mélenchon conclut en s'adressant directement au chanteur : "Monsieur Sardou, ne partez pas, restez ! On vous aime trop et vous aimez trop votre pays. Rappelez-vous la phrase de Danton : on n'emmène pas sa patrie à la semelle de ses chaussures."

Au passage, Jean-Luc Mélenchon feint de s'étonner de la crainte qu'il suscite chez certains et répond sans le citer à Bruno Le Maire, qui le qualifie dans Le Figaro de "Chavez gaulois". "Pourquoi ferai-je peur ? Qu'ai-je d'effrayant ? D'ailleurs regardez, me voilà repeint en 'Chavez gaulois'. Cela fait de moi un Gallo-gauchiste, je suis content, j'étais islamo-gauchiste jsuqu'à une date récente !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.