Réforme du statut des députés : "Ces avantages ne se justifiaient pas, nous devons montrer l'exemple"

Le vice-président LREM de l'Assemblée nationale, député de la deuxième circonscription de la Vienne, Sacha Houlié, a estimé sur franceinfo jeudi que "la grandeur de la politique c’était de savoir renoncer à des avantages qui ne sont pas dus".

Sacha Houlié, vice-président REM de l\'Assemblée nationale, député de la deuxième circonscription de la Vienne, le 3 août 2017.
Sacha Houlié, vice-président REM de l'Assemblée nationale, député de la deuxième circonscription de la Vienne, le 3 août 2017. (FRANCEINFO)

Les premières mesures pour reformer l’Assemblée nationale ont été annoncées mercredi 2 août. Les retraites des parlementaires seront par exemple alignées sur la fonction publique et la gratuité de la SNCF pour certains députés sera supprimée. Les dépenses des députés seront également davantage contrôlées. Plusieurs groupes de travail vont être constitués pour travailler durant toute la durée du quinquennat.

Sacha Houlié, vice-président LREM de l'Assemblée nationale, député de la deuxième circonscription de la Vienne a estimé jeudi matin sur franceinfo que "ces avantages ne se justifiaient pas".

franceinfo : Historiquement, l’abolition des privilèges tombait le 4 août, on a un jour d’avance cette année ?

Sacha Houlié : Exactement. Pendant les débats sur la confiance de la vie publique, un de mes collègues, Gabriel Attal, a dit que la grandeur de la politique c’était de savoir renoncer à des avantages qui ne sont pas dus. C’est ce que l’on fait avec la suppression de la réserve parlementaire, la justification de l’indemnité représentative de frais pour louer une permanence ou se déplacer dans sa circonscription ou encore les évolutions du régime de retraite et de l’assurance chômage. Tous ses avantages ne se justifiaient pas. Nous devons montrer l’exemple c’est ce qu’on va faire dès le début du mandat.

Donner l’exemple, est-ce une manière de s’affranchir de tous les efforts que vous allez demander aux Français pendant 5 ans ?

Tout ce que nous faisons aujourd’hui, nous l’avions énoncé pendant la campagne présidentielle et législative : la prorogation de l’état d’urgence, la loi confiance ou encore habiliter le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances.

Ces mesures vont-elles être appliquées rapidement ?

Certaines mesures vont être appliquées assez rapidement comme la réforme de l’assurance chômage et son alignement sur le régime général ou comme le système de cotisations des retraites. Les sept groupes de travail seront désignés à partir du 4 septembre 2017 jusqu’à l’hiver pour parvenir aux autres mesures. Pendant les premiers travaux, vous avez pu observer une forte présence, des débats sans d’invectives et un travail constructif. Nous avons vu beaucoup de textes, nous sommes au travail dès le début, pour longtemps. Ce qui marque une vraie différence par rapport aux précédentes assemblées.