Hausse des prix de l'énergie : "Le gouvernement décide d'agir après et c'est vraiment se moquer du monde", s'insurge le député PCF Fabien Roussel

Selon le candidat communiste à l'élection présidentielle, "on peut décider dès aujourd'hui de baisser de 30% les factures de gaz et d'électricité" car "il y a 30% de taxes prélevées par l'État". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du PCF et candidat à l'élection présidentielle, invité de franceinfo le 13 mai 2021.
 (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Le gouvernement décide d'agir après et c'est vraiment se moquer du monde", a réagi jeudi 30 septembre sur franceinfo, Fabien Roussel, député et candidat PCF à la présidentielle 2022, après l'annonce par Jean Castex sur TF1 d'un bouclier tarifaire en France pour préserver les ménages des fortes augmentations des tarifs du gaz et de l'électricité.

franceinfo : Ces annonces sont-elles une bonne nouvelle ?

Fabien Roussel : Je n'ai pas entendu une bonne nouvelle. Ce gouvernement décide de bloquer les prix après la hausse qui va intervenir demain. Après que les Français aient enregistré une hausse des prix du gaz de 57% depuis le début de l'année, après des hausses successives des factures d'électricité et avec des petites pensions pour les retraites et des salaires qui n'augmentent pas. 

Avec ce gouvernement c'est vivre ou survivre mais c'est surtout survivre.

Fabien Roussel

franceinfo

On ne sait pas ce que va être cet hiver avec peut-être des vagues de froid. Le gouvernement décide d'agir après et c'est vraiment se moquer du monde. Ils ne prennent pas la mesure de ce qui est en train de se passer dans le pays. Les gens auront 200 à 300 euros de plus à sortir. Je suis très en colère parce que sur les factures de gaz et d'électricité il y a 30% de taxes prélevées par l'État. On peut décider dès aujourd'hui de baisser de 30% les factures de gaz et d'électricité et c'est ce que je demande depuis des mois à ce gouvernement.

Si ces mesures ne suffisent pas, le chèque énergie pourrait être revalorisé a indiqué Jean Castex. Malgré tout, vous estimez que le compte n'y est pas ?

Le compte n'y est pas du tout. Ce chèque énergie c'est comme une aumône envoyée à ceux qui vivent chichement, qui ont du mal à boucler les fins de mois. On ne vit pas dans le même monde. Il est envoyé à peut-être 5 millions de personnes, mais il y a 10 millions de nos concitoyens qui vivent sous le seuil de pauvreté. Ils ont tous de l'électricité et du gaz à payer, sans parler de ceux qui travaillent dans des conditions difficiles pour le Smic.

Je ne comprends que ce gouvernement laisse les Français vivre dans de telles souffrances, difficultés. Après cette pandémie que nous venons de vivre, il y a vraiment un plan d'urgence à mettre en œuvre. Il faut augmenter les salaires, les pensions et baisser les factures. Ce gouvernement a les moyens d'agir.

Qu'aurait-il fallu faire ?

La première chose à faire c'est de baisser les taxes sur le gaz et d'électricité. Tout le monde doit se rendre compte qu'il faut recréer le service public de l'énergie qui existait avant avec EDF et GDF. Cette privatisation mise en œuvre en 2004 par le gouvernement Sarkozy nous coûte chère. Depuis, il y a eu 64 milliards d'euros de dividendes versés aux actionnaires. Aujourd'hui, nous sommes privés de notre indépendance en matière énergétique. Nous ne pouvons même plus fixer les tarifs de l'énergie. Nous devons reprendre en main la production énergétique de notre pays pour en avoir la maîtrise. C'est pour ça que nous proposons de nationaliser EDF et de renationaliser Engie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gouvernement de Jean Castex

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.