Remaniement : "Il n'y a toujours pas de secrétaire d'État à la consommation", regrette Jean-Yves Mano, président d'une association de consommateurs

Le président de l'association de consommateurs Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV) est aussi revenu sur les annonces faites lundi matin par le ministre de l'Économie sur le pouvoir d'achat.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean Yves Mano, président de CLCV, une association de consommateur, lors d'une conférence de presse au ministère de l'Economie, le 18 février 2018. (S?BASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

"Il n'y a toujours pas de secrétaire d'État à la consommation", a regretté sur franceinfo Jean-Yves Mano, président de l'association de consommateurs Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV) alors que le nouveau gouvernement d'Elisabeth Borne a été dévoilée, lundi 4 juillet, par un communiqué de l'Elysée.

>> Suivez les dernières informations et réactions sur le remaniement dans notre direct

"Sans doute que la consommation sera noyée dans les responsabilité d'Olivia Grégoire, au milieu des PME", ajoute le président de CLCV, alors que l'ancienne porte-parole du gouvernement vient d'être nommée ministre déléguée chargée des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme.

"Des décisions pragmatiques"

Concernant l'annonce faite lundi matin par le ministre de l'Économie de rendre possible les promotions alimentaires jusqu'à 50% dans la distribution, Jean-Yves Mano l'accueille avec satisfaction : "Je me dis pourquoi pas ? Ce sont des décisions pragmatiques, cela permettra de faciliter les fins de mois des consommateurs."  Aujourd'hui, ces promotions ne peuvent pas dépasser 34% de remise. "La mesure est utile mais cela pose la question de savoir comment c'est possible, s'est toutefois interrogé Jean-Yves Mano.

"Est-ce que le prix de base habituel n'est-il pas trop élevé ? Cela veut peut-être dire que les marges de la grande distribution sont supérieures aux 2 ou 3% annoncés."

Jean-Yves Mano, président de CLCV

à franceinfo

Le président de l'association questionne également "l'efficacité des contrôles" : "Je rappelle quand même que les prix sont libres en France. Et à partir de là, des promesses sont faites mais il faudra voir les résultats concrets."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gouvernement d'Elisabeth Borne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.