Feuille de route d'Elisabeth Borne : "Tout ça, c'est un discours de campagne", fustige le président de la CFE-CGC

La Première ministre souhaite notamment conclure un "pacte de la vie au travail" avec les partenaires sociaux. "Il va falloir qu'on ait des gages", prévient François Hommeril qui demande au gouvernement de "se remettre en question".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Elisabeth Borne, la Première ministre, le 26 avril 2023. (BERTRAND GUAY / AFP)

"Tout ça, c'est un discours de campagne", a fustigé, mercredi 26 avril, le patron de la CFE-CGC François Hommeril sur franceinfo, quelques instants après qu'Elisabeth Borne a présenté sa feuille de route pour les "cent jours d'apaisement" et d'"actions". Emmanuel Macron s'est donné jusqu'à la fin du mois de juillet pour relancer son quinquennat. 

>>> Réforme des retraites : pourquoi certains syndicats envisagent de reprendre le dialogue avec le gouvernement

"On va avoir cette difficulté de retourner, discuter, travailler et faire des propositions avec des gens qui nous ont trahis et nous ont mal considérés", a ajouté François Hommeril, alors que la Première ministre a dit souhaiter entamer "un dialogue apaisé et constructif" avec les partenaires sociaux et se mettre d'accord sur un agenda social d'ici le 14 juillet.

"Le gouvernement ne se remet jamais en question"

"Il va falloir qu'on ait des gages", a souligné le président du syndicat des cadres, afin de "réinstaurer un climat de confiance". "Il faut que le gouvernement nous prouve qu'il est capable de se remettre en question sur des choses qu'il a réalisées et qui ont été mal faites", a-t-il taclé.

"Le gouvernement ne se remet jamais en question, il se nourrit de mots, il boucle tous les projets en amont et après il fait mine de concerter, ce n'est plus possible", a déploré François Hommeril. "Venir à une réunion pour poser sur la photo, c'est une chose, et après contribuer et participer" en est une autre, a prévenu le leader de la CFE-CGC.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.