Philippe Besson, Stéphane Bern... Ces invités d'Emmanuel Macron à La Rotonde qui ont obtenu des postes ou des missions depuis son élection

La nomination de l'écrivain Philippe Besson au poste de consul général de France à Los Angeles a soulevé des critiques de copinage à l'encontre d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron au restaurant La Rotonde à Paris, le 23 avril 2017. 
Emmanuel Macron au restaurant La Rotonde à Paris, le 23 avril 2017.  (REAU ALEXIS / SIPA)

Face à la polémique suscitée par la nomination de Philippe Besson au poste de consul général de France à Los Angeles, Emmanuel Macron, en déplacement en Finlande, a dû se défendre de tout "copinage", jeudi 30 août. Car parmi la riche bibliographie de Philippe Besson figure Un personnage de roman, qui narre de façon très élogieuse la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron. 

>> Quatre questions pour comprendre la polémique sur la nomination de Philippe Besson, proche des Macron, au consulat de Los Angeles

"Je souhaite et je continuerai à ouvrir l'ensemble des postes de responsabilité de l'administration, en particulier de la haute fonction publique, à des gens de talent et de mérite venant d'autres horizons – et encore davantage qu'on ne l'a fait jusqu'alors", a justifié le président jeudi. 

Pour se faire, Emmanuel Macron n'a pas hésité à puiser parmi ses soutiens de la première heure, dont beaucoup étaient réunis à La Rotonde le soir du premier tour, comme l'a fait remarquer la journaliste Pascale Clark sur Twitter. Aux côtés des politiques et petites mains de la campagne, un cercle de personnalités du monde culturel ou médiatique étaient également convié, dont plusieurs personnes se sont, depuis, vu confier des postes ou des missions par le gouvernement.

Philippe Besson : consul à Los Angeles 

Philippe Besson, écrivain qui a suivi Emmanuel Macon pendant sa campagne présidentielle, et convié à La Rotonde en avril 2017, doit être nommé dans les prochains jours au poste de consul général de France à Los Angeles. Son dernier ouvrage en date, Un personnage de roman, narre avec une grande bienveillance la conquête de l'Elysée par l'actuel chef de l'Etat.

Pour ce faire, quelques règles ont été modifiées. Un décret présenté lors du Conseil des ministres du 3 août a rajouté 22 postes de consuls généraux "particulièrement importants", dont celui de Los Angeles, à la liste des emplois "pour lesquels la nomination est laissée à la discrétion du gouvernement". Ils sont désormais ouverts à des non-fonctionnaires, comme l'écrivain.

Dans Le Monde, l'Elysée évoque une "politique d'élargissement des viviers de nomination, comme partout dans la fonction publique", pour justifier ces nouvelles règles. Mais pour un haut fonctionnaire, cité anonymement, il s'agit plutôt de "reprendre la main sur des postes honorifiques pour recaser des amis du pouvoir". "Il n'y a chez moi aucun copinage pour services rendus", s'est défendu Emmanuel Macron, à l'occasion d'un déplacement en Finlande.

Bruno Roger-Petit : porte-parole de l'Elysée 

"BRP", comme il est surnommé, a été nommé en juillet 2017 porte-parole de l'Elysée. Le journaliste de 55 ans, ancien de France 2, éditoraliste sur le site de Challenges et habitué des plateaux télé, s'est distingué par sa production prolifique de chroniques en faveur de l'ancien ministre de l'Economie. A tel point que la Société des journalistes de Challenges s'est fendue, en mars 2017, d'un communiqué pour dénoncer la fréquence trop élevée d'éditos pro-Macron.

La plume de celui qui "rêvait d'être conseiller", invité à La Rotonde, aura donc enthousiasmé le président, suffisamment pour raviver une fonction inoccupée depuis David Martinon pendant le mandat de Nicolas Sarkozy.

Bertrand Delais : patron de La Chaîne parlementaire

Le réalisateur Bertrand Delais, auteur notamment du documentaire Macron, en marche vers l'Elysée et également auteur d'éditoriaux plutôt favorables au président de la République, a été choisi en mars dernier par l'Assemblée nationale, pour prendre la tête de La Chaîne parlementaire. 

Cette nomination avait immédiatement sucité des critiques. "Un parfum d'ORTF", a commenté Clémentine Autain, députée insoumise de Seine-Saint-Denis. Il "ne garantira pas l'indépendance du Parlement par rapport à l'Elysée", avait ajouté le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière. "Mais bon sang, regardez la procédure de nomination !", s'était-il défendu auprès de franceinfo : "Même des gens qu'on peut difficilement taxer de macronisme m'ont donné une bonne note. Ma victoire est tout à fait loyale." "Même si je voulais faire une 'télé-Macron', je ne pourrais pas", ajoutait-il.

Stéphane Bern : "conseiller historique" de la Mission patrimoine 

En septembre 2017, Emmanuel Macron a confié une mission à l'animateur Stéphane Bern, en lien direct avec le ministère de la Culture : trouver un mode de financement pour rénover les milliers de monuments français ayant besoin d'une restauration. 

Cette mission, remplie bénévolement par Stéphane Bern, a donné lieu au Loto du patrimoine, qui sera lancé le 3 septembre. Douze millions de tickets de grattage à l'effigie des monuments en péril seront mis en vente au prix de 15 euros, avec un gain potentiel maximum de 1,5 million d’euros. Parmi les 2 000 monuments qui pourraient bénéficier des fonds récoltés, 18 sites emblématiques sont considérés prioritaires. Par exemple, la maison d'Aimé Césaire à Fort-de-France (Martinique) ou le château de Bussy-Rabutin à Bussy-le-Grand (Côte-d'Or).

Invité à La Rotonde, Stéphane Bern s'est cependant défendu d'être l'ami d'Emmanuel Macron. "Je ne crois pas que nous soyons dans le copinage. Je pense juste qu'il a estimé que j'avais une certaine compétence en la matière", confiait-il au Parisien. "Moi, je n'ai rien demandé. Il ne s'agit pas d'un poste mais d'une mission temporaire que je vais effectuer bénévolement, pour aider mon pays."

Roland Castro : chargé d'une mission sur le Grand Paris

L'architecte-urbaniste Roland Castro, rallié de la première heure à En Marche et ayant appelé à voter pour Emmanuel Macron, également invité à La Rotonde, a été missionné par le président de la République pour lui rendre un rapport sur le Grand Paris, et notamment sur l'invention d'un "nouveau modèle de métropole mondiale"

Cette nomination avait provoqué quelques réactions circonspectes : "Nous sommes un peu étonnés : le Forum métropolitain aurait eu vocation à mener cette mission !", s'étonnait ainsi dans Le Monde Jean-Yves Le Bouillonnec, le président du Forum métropolitain du Grand Paris, le syndicat mixte de réflexion et de coordination qui réunit quelque 200 collectivités d'Ile-de-France.

Erik Orsenna : ambassadeur de la lecture

L'écrivain et académicien, président du prix Orange du livre, a été nommé "ambassadeur de la lecture" auprès de la ministre de la Culture Françoise Nyssen, après avoir été lui-même pressenti pour occuper ce poste. Cette référence intellectuelle du président de la République, invité à La Rotonde, est chargé de convaincre les collectivités territoriales d'ouvrir davantage les bibliothèques publiques, une promesse de campagne d'Emmanuel Macron.