"Il n'y a pas de copinage chez moi", se défend Emmanuel Macron, après la nomination de l’écrivain Philippe Besson comme consul général à Los Angeles

La promotion de Philippe Besson s'inscrit dans une "tradition", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, jeudi, à Helsinki.

Emmanuel Macron, à Helsinki (Finlande), le 30 août 2018.
Emmanuel Macron, à Helsinki (Finlande), le 30 août 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Emmanuel Macron s'est défendu de tout "copinage" pour justifier la nomination de l'écrivain Philippe Besson, proche du président de la République, au poste de consul de France à Los Angeles (Etats-Unis). Au cours d'une conférence de presse donnée à Helsinki (Finlande), jeudi 30 août, il défend un choix conforme à une "tradition" française d'écrivains diplomates.

Si je servais les gens en fonction de leur implication dans la campagne présidentielle qui était la mienne, aurais-je choisi le Premier ministre nommé il y a quinze mois ?Emmanuel Macron

"Les gens perdent parfois un peu la raison", a-t-il ajouté. "Je souhaite et je continuerai à ouvrir l'ensemble des postes de responsabilité de l'administration, en particulier de la haute fonction publique, à des gens de talent et de mérite venant d'autres horizons – et encore davantage qu'on ne l'a fait jusqu'alors."

Philippe Besson, auteur d'une vingtaine de livres, dont un roman laudateur de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron (Un personnage de roman), doit être officiellement nommé dans les prochains jours. Il remplacera Christophe Lemoine, ancien chef de cabinet de Laurent Fabius, en poste depuis 2015.