Patrick Balkany reste en prison après le rejet de sa troisième demande de mise en liberté

La cour a jugé "recevable" mais "non fondée" la demande du maire de Levallois-Perret, incarcéré depuis trois mois après ses condamnations successives pour fraude fiscale et blanchiment. 

Patrick Balkany, le 13 mai 2019, à Paris. 
Patrick Balkany, le 13 mai 2019, à Paris.  (STRINGER / AFP)

Patrick Balkany va rester en prison. La cour d'appel de Paris a rejeté, lundi 9 décembre, la troisième demande de mise en liberté du maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), incarcéré depuis près de trois mois après ses condamnations successives pour fraude fiscale et blanchiment. La cour a jugé sa demande "recevable" mais "non fondée".

L'élu de 71 ans comparaîtra donc détenu à son procès en appel pour fraude fiscale, qui débute mercredi à Paris. "C'est une décision que je ne comprends pas", a affirmé son avocat, Romain Dieudonné, à la sortie de l'audience. 

Patrick Balkany a été condamné deux fois : à quatre ans de prison pour fraude fiscale avec incarcération immédiate le 13 septembre et à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé avec un nouveau mandat de dépôt le 18 octobre. Pour chacune de ses condamnations, le maire de Levallois-Perret avait déposé une demande de libération.

La cour d'appel de Paris avait accepté, fin octobre, la première des deux demandes, tout en conditionnant sa libération au versement d'une caution de 500 000 euros. Patrick Balkany demandait sa libération et "un peu d'humanité" aux juges, en raison de son "âge" et de son "état de santé". Mais malgré son placement en détention, son épouse, Isabelle Balkany, a fait savoir que Patrick Balkany souhaitait quand même briguer un nouveau mandat à la mairie de Levallois-Perret.