Affaire Kohler: les juges d’instruction vont reprendre les investigations visant le secrétaire général de l'Elysée

Une information judiciaire a été ouverte par le PNF lundi 22 juin pour des soupçons de prise illégale d'intérêts visant Alexis Kohler. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alexis Kohler et Emmanuel Macron à l'Elysée en marge d'une réunion avec les partenaires sociaux jeudi 24 juin. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Les investigations vont reprendre dans l’affaire de soupçons de conflits d'intérêts qui vise l’actuel secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a appris franceinfo mercredi 24 juin auprès du parquet national financier (PNF). Il s’agit en fait de l’ouverture d’une information judiciaire, à la suite de la deuxième plainte avec constitution de partie civile déposée le 5 mars dernier par l’association Anticor. Cette ouverture poiur "prise illégale d'intérêt", "trafic d'influence" et "défaut de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique".a été décidée lundi 22 juin.

Cette annonce intervient toutefois au lendemain des révélations de Mediapart, sur la transmission d’une note, signée d’Emmanuel Macron, à l’avocat d’Alexis Kohler, qui l’a lui-même transmis au PNF le 1er juillet 2019. Dans cette attestation, dont franceinfo a eu confirmation, Emmanuel Macron dédouane celui qui était son ancien directeur de cabinet au ministère de l’Economie, indiquant qu’Alexis Kohler l’avait informé dès le départ de ses liens avec MSC Croisières, et qu’il avait demandé "à ne jamais avoir à traiter des dossiers et questions concernant cette société".

Deux rapports de police opposés

La chronologie de l’affaire jette un trouble et interroge sur une possible ingérence d’Emmanuel Macron sur le pouvoir judiciaire, via la transmission de cette note. En effet, alors qu’un premier rapport d’enquête accablant pour Alexis Kohler avait été rédigé en juin 2019, selon les informations que franceinfo a pu confirmer, le même enquêteur a ensuite rendu un rapport définitif aux conclusions diamétralement opposés, quelques jours après la transmission de cette note au PNF par l’avocat d’Alexis Kohler.

C’est sur la foi de ce rapport définitif qui dédouane totalement Alexis Kohler que le PNF avait classé sans suite cette affaire, le 22 août 2019, estimant que l'enquête préliminaire "ne permettait pas de caractériser les infractions initialement suspectées". Une enquête aujourd’hui relancée avec l'ouverture de cette information judiciaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.