Cet article date de plus d'un an.

Politique : le député Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales, a fait son retour à l'Assemblée nationale

Exclu des activités du groupe LFI, l'élu du Nord a assisté mercredi matin à une réunion de la commission des affaires étrangères.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le député Adrien Quatennens, le 13 décembre 2022, à l'Assemblée nationale. (ALAIN JOCARD / AFP)

Un retour en catimini. Adrien Quatennens est revenu à l'Assemblée nationale, mercredi 11 janvier, pour la première fois depuis plusieurs mois. Le député du Nord, qui a assisté à une réunion de la commission des affaires étrangères sur la réforme du corps diplomatique, s'est présenté comme député non-inscrit. "J’exerce mon travail de parlementaire. Je respecte et applique la décision prise par mon groupe politique", a répondu l'élu face aux journalistes, assurant ne pas souhaiter faire de déclaration.

Le député Adrien Quatennens assiste à une réunion de la commission des Affaires étrangères, le 11 janvier 2023. (ASSEMBLEE NATIONALE)

Depuis sa condamnation à quatre mois de prison avec sursis pour des violences sur son épouse, l'élu insoumis est exclu des activités du groupe LFI, groupe qu'il ne pourra réintégrer qu'en avril prochain. Son retour dans les rangs insoumis est conditionné à un stage de responsabilisation sur les violences faites aux femmes. "Je respecterai la décision collective du groupe", avait déclaré le député, entendant cependant "honorer" son mandat.

Un retour qui divise 

"Il a fait le choix de ne pas démissionner. Il aurait pu faire le choix de démissionner et de se représenter devant ses électeurs pour garder de la légitimité. Ce n'est pas le choix qu'il a fait, ça lui appartient", a commenté Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, interrogé au sujet du retour d'Adrien Quatennens à la sortie du Conseil des ministres.

La question du retour du député avait divisé les partenaires de La France insoumise au sein de la Nupes. La cheffe des députés écologistes, Cyrielle Châtelain, avait ainsi réclamé sa démission. Du côté des militants, plus d'un millier de membres de La France insoumise et de la Nupes avaient signé une tribune dans Le Monde en décembre pour dénoncer la décision du mouvement de n'exclure Adrien Quatennens que temporairement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.