Présidentielle américaine : à la rencontre des partisans du démocrate Joe Biden

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Présidentielle américaine : à la rencontre des partisans du démocrate Joe Biden
FRANCEINFO
Article rédigé par
Agnès Vahramian, Thomas Donzel, L. Setyon - franceinfo
France Télévisions

D’ici jeudi 20 août, les démocrates vont adouber leur candidat pour la présidentielle de novembre 2020. Ce sera Joe Biden, l’ancien-vice président de Barack Obama. Rencontre avec ses supporters.

Laura Craven gère un salon de coiffure à Milwaukee (États-Unis). En novembre, elle votera pour Joe Biden malgré ses 77 ans. "Il est temps que le changement arrive", affirme-t-elle. Ce qui a achevé de la convaincre, c’est le choix d’une femme comme colistière. "Une femme forte à la Maison-Blanche, c’est mon rêve absolu". Seuls 36% des démocrates se disent enthousiasmés par Joe Biden, c'est peu. Mais pour les militants qui préparent la campagne, c'est le choix le plus raisonnable. "Il n'est peut-être pas le candidat le plus excitant, ce n'est pas Barack Obama, mais c'est l'homme dont nous avons besoin maintenant", explique Christine Sinicki, une volontaire au Parti démocrate du Wisconsin.

Vote anti-Trump

Les militants ne cessent d'appeler les électeurs à se mobiliser. Le parti compte sur la notoriété de Joe Biden et son profil centriste pour battre Donald Trump. Autre élément qui motive les électeurs démocrates : le sentiment anti-Trump. Le président du Parti démocrate du comté de Milwaukee, Christopher Walton, en est un bon exemple : "Moi, je veux aller me coucher  sans me dire que le pays va exploser en pleine nuit à cause d'un tweet qui secoue les marché ou à cause de propos racistes à la télévision. Je ne peux pas continuer quatre ans de plus comme ça." Joe Biden a bien conscience que l’hostilité à l'égard de Donald Trump est ce qui peut le faire gagner. À ses électeurs, il promet surtout d’apaiser le pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Présidentielle américaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.