Nucléaire iranien : les documents présentés par Israël sont "authentiques", affirment les Etats-Unis

"L'Iran a un solide programme d'armes nucléaires clandestin qu'il a essayé, en vain, de cacher au monde et à son propre peuple", estime la Maison Blanche.

Le président américain, Donald Trump, s\'exprime devant les médias depuis la Maison Blanche, le 13 mars 2018.
Le président américain, Donald Trump, s'exprime devant les médias depuis la Maison Blanche, le 13 mars 2018. (SAUL LOEB / AFP)

L'Iran reste dans le collimateur des Etats-Unis. Le président américain Donald Trump a de nouveau assuré, lundi 30 avril, que l'accord passé en 2015 entre l'Iran et six grandes puissances internationales était "horrible pour les Etats-Unis". Il a par ailleurs estimé que la déclaration du Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, qui a assuré lundi disposer de nouvelles "preuves concluantes" d'un plan secret iranien pour obtenir l'arme nucléaire, était une "bonne chose".  

"L'Iran a un solide programme d'armes nucléaires clandestin qu'il a essayé, en vain, de cacher au monde et à son propre peuple",fait savoir la Maison Blanche dans un communiqué. Elle a ensuite rectifié, invoquant une "faute de frappe" : "l'Iran avait un solide programme d'armes nucléaires".

"On avait connaissance de ce matériel"

"Je sais qu'il y a des gens qui disent que ces documents ne sont pas authentiques. Je peux vous confirmer, pour vous, que ces documents sont réels, qu'ils sont authentiques", a aussi déclaré le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à la presse à bord de l'avion qui le ramenait à Washington. "On avait connaissance de ce matériel depuis un certain temps et on en a bien entendu discuté hier lorsque nous étions ensemble" avec Benyamin Nétanyahou, a-t-il expliqué.

La communauté internationale est suspendue à la décision de Donald Trump, qui a fixé au 12 mai la date butoir pour choisir ou non de dénoncer l'accord sur le nucléaire iranien, connu sous l'acronyme JCPOA. Les Etats-Unis estiment que cet accord ne donne pas suffisamment de garanties sur l'arrêt du développement du programme nucléaire iranien. Le conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, a assuré dimanche que le président américain n'avait pas encore tranché, ajoutant qu'il examinait la proposition de son homologue français sur l'ouverture de négociations pour un nouvel accord élargi. Mais le président iranien Hassan Rohani a prévenu, dimanche, que son pays n'accepterait "aucune restriction au-delà de ses engagements" actuels.