Etats-Unis : tout ce qu'il faut savoir du rapport du procureur spécial Mueller sur les liens supposés entre Trump et la Russie

Le ministre de la Justice américain doit maintenant décider s'il communique ou non les conclusions de ce document confidentiel. Donald Trump dénonce depuis des mois "une chasse aux sorcières".

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis), le 22 mars 2019.
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis), le 22 mars 2019. (MANDEL NGAN / AFP)

Les Américains retiennent leur souffle avant de découvrir les conclusions du procureur spécial Robert Mueller. Le rapport sur le rôle présumé de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016 a été remis, vendredi 22 mars, au ministre de la Justice américain, Bill Barr. Franceinfo répond à cinq questions sur ce document qui pourrait marquer un tournant pour Donald Trump.

1Sur quoi porte ce rapport ?

Deux questions sont au cœur du rapport confidentiel du procureur spécial Robert Mueller. D'une part, l'équipe Trump a-t-elle travaillé main dans la main avec Moscou lors de la campagne de 2016 ? Trente-quatre personnes ont déjà été impliquées ou condamnées dans l'enquête sur d'éventuelles collusions entre des membres de la campagne électorale de Donald Trump et des officiels russes. Ainsi, l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, est acccusé de complot contre les Etats-Unis. 

D'autre part, le 45e président des Etats-Unis a-t-il ensuite essayé de faire obstruction à la justice ? De nombreux d'observateurs estiment en effet que le locataire de la Maison Blanche pourrait être accusé d'avoir tenté d'entraver l'enquête. Les raisons : des pressions verbales qu'il a exercées sur l'ancien ministre de la Justice, Jeff Sessions, et son adjoint Rod Rosenstein, ou encore du limogeage abrupt du chef du FBI, James Comey, en mai 2017.

2De nouvelles poursuites vont-elles avoir lieu ? 

Pour y répondre, il faut attendre de voir ce qu'il y a précisément dans le rapport. Mais selon plusieurs médias américains, dont CNN (en anglais), le procureur Mueller ne recommande pas de nouvelles inculpations à l'issue de ses investigations sur les soupçons de collusion avec la Russie.

Par ailleurs, il est possible que le rapport propose d'autres mises en accusation dans des affaires déconnectées de l'affaire russe, explique Politico (en anglais). Ainsi, le site rappelle que le travail du procureur Mueller a déjà permis l'ouverture  de nombreuses autres enquêtes connexes. C'est le cas notamment de celle concernant Michael Cohen, l'ex-avocat de Donald Trump. Ce dernier a ainsi reconnu avoir indiqué avoir versé des sommes de plus de 100 000 dollars à deux femmes affirmant avoir eu une liaison avec Donald Trump, "à la demande du candidat" et "avec l'intention d'influencer l'élection" présidentielle. 

3Le rapport sera-t-il rendu public ?

C'est une des grandes interrogations. Pour l'heure, c'est le ministre de la Justice, Bill Barr, unique destinataire de ce dossier d'investigation, qui est maître du jeu. Même si ce dernier a assuré vouloir être "le plus transparent possible", rien n'assure qu'il communique l'intégralité du rapport. Il pourrait ainsi mettre en avant la confidentialité de certains éléments, rapporte The New York Times (en anglais).

La Maison Blanche a assuré ne pas avoir été informée du contenu du précieux document. Les chefs démocrates du Congrès ont, eux, exigé sa publication sans que l'exécutif en ait la primeur. Cette enquête touche à "des questions qui portent sur l'intégrité de notre démocratie", ont ainsi prévenu la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de file de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer. "Le peuple américain a le droit à la vérité", ont-ils martelé.

De nombreux candidats démocrates à l'élection présidentielle de 2020 ont également réclamé la publication du document, objet d'intenses spéculations. "Comme l'a dit Donald Trump, 'sortez le'", a tweeté Bernie Sanders. "Communiquez le rapport Mueller à tous les Américains. Maintenant", a exhorté Elizabeth Warren.

4Quelles peuvent être les conséquences ?

En l'absence de révélations fracassantes, le milliardaire républicain pourrait sortir renforcé de l'épisode, surtout si, comme le prédisent nombre d'élus, l'enquête conclut à l'absence de collusion avec la Russie. "Sans un acte d'accusation contre lui, Trump va mettre en avant la perte de temps, d'argent des contribuables et de ressources, il va marteler qu'il avait raison depuis le début et qu'il n'a rien fait de mal", explique ainsi à NBC (en anglais) Ron Bonjean, un ancien porte-parole des Républicains au Congrès. Et sans acte d'accusation, l'hypothèse d'une destitution s'éloigne encore un peu plus.

Néanmoins, même en l'absence de poursuites dans le dossier russe, les conclusions du rapport pourraient mettre en avant des mensonges de Donald Trump et de son équipe. CNN rappelle que les équipes du procureur Mueller ont accusé six associés du président d'avoir menti sur leurs liens avec la Russie. Et les élus démocrates espèrent bien exploiter les moindres détails de ce rapport pour empêcher une réélection de Donald Trump en 2020.

5Comment réagit Donald Trump ?

Le président américain, qui passe le week-end en Floride dans son club de Mar-a-Lago, n'a pour l'instant pas réagi. Mais depuis des mois, il dénonce inlassablement une "chasse aux sorcières" visant à la discréditer. Il a ainsi utilisé cette expression plus de 180 fois sur Twitter.

Il y a trois jours, il a ouvertement mis en cause la légitimité de l'enquête, prenant sa base électorale à témoin. "C'est assez extraordinaire que lorsque vous avez remporté une grande victoire, quelqu'un arrive et rédige un rapport venu de nulle part, a-t-il lancé. Expliquez-moi ça, parce que mes électeurs ne le comprennent pas et je ne le comprends pas".