Mort de George Floyd : Donald Trump annonce vouloir désigner la mouvance "antifa" comme organisation terroriste

Le président américain a attribué à cette mouvance et à d'autres "extrémistes radicaux" les émeutes qui émaillent les manifestations, à l'origine pacifiques, pour protester contre la mort de George Floyd.

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington, le 30 mai 2020.
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington, le 30 mai 2020. (TASOS KATOPODIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le président américain Donald Trump a annoncé, dimanche 31 mai, que son administration allait inscrire la mouvance d'extrême gauche "antifa" (antifasciste), sur sa liste des organisations terroristes. Le président américain a attribué à cette mouvance et à d'autres "extrémistes radicaux" les émeutes qui émaillent les manifestations à l'origine pacifiques pour protester contre la mort de George Floyd, tué par des policiers américains pendant une interpellation.

>> Suivez les dernières informations sur les manifestations contre les violences policières et le racisme aux Etats-Unis dans notre direct

Il est toutefois très incertain que Donald Trump puisse réellement ajouter la mouvance "antifa" sur la liste des organisations terroristes, selon le New York Times (en anglais). La loi fédérale prévoit en effet que seuls des groupes étrangers puissent y être inscrits : il n'existe aucun texte concernant le terrorisme domestique, rappelle le quotidien. Les "antifas" ne sont par ailleurs pas une organisation, mais "un mouvement vaguement défini, formé par des gens qui partagent les mêmes stratégies de contestation et les mêmes cibles", pointe le New York Times.

Dans une série de tweets, le président américain a également félicité les forces de l'ordre pour voir réussi à maîtriser la situation, samedi soir à Minneapolis (Minnesota). "Les anarchistes menés par les antifa, notamment, ont été vite matés. Ça aurait dû être fait par le maire dès la première nuit, et il n'y aurait eu aucun problème", a-t-il écrit. Il faisait référence à Jacob Frey, le maire démocrate de cette grande ville du nord du pays, d'où la contestation est partie après la mort de George Floyd, dont les images éprouvantes ont fait le tour du monde. Le policier Derek Chauvin, que l'on voit dans cette vidéo maintenir son genou pendant de longues minutes sur le cou du quadragénaire, a été arrêté et inculpé pour "homicide involontaire".