Mort de George Floyd : ce que l'on sait de Derek Chauvin, le policier inculpé pour "meurtre"

Inculpé et incarcéré quatre jours après l'interpellation qui a entraîné la mort d'un Afro-Américain, ce policier blanc avait déjà fait l'objet de nombreuses plaintes auprès de la police locale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Le policier Derek Chauvin sur une capture d'écran d'une vidéo montrant l'arrestation et la mort de George Floyd, le 25 mai 2020 à Minneapolis (Minnesota, Etats-Unis). (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS)

Pour les manifestants qui se mobilisent depuis deux semaines, il est le nouveau visage de la violence et du racisme dans la police américaine. Derek Chauvin, un policier blanc de 44 ans, a été inculpé et incarcéré, vendredi 29 mai, dans l'enquête sur la mort de George Floyd, un homme noir qu'il avait arrêté quatre jours plus tôt à Minneapolis (Minnesota). Une vidéo de la scène montre le policier posant son genou sur le cou de la victime au sol pendant près de neuf minutes, alors que l'homme le supplie d'arrêter et se plaint de ne plus pouvoir respirer, avant de perdre connaissance et de succomber.

Derek Chauvin risque jusqu'à quarante ans de prison. Il a d'abord été inculpé pour homicide involontaire, mais les faits ont été requalifiés, le 3 juin, en homicide volontaire, comme le réclamaient de nombreux manifestants. Franceinfo vous détaille ce que l'on sait de ce policier et de son passé.

C'est lui qui a placé son genou sur le cou de George Floyd

Une vidéo de l'arrestation de George Floyd, filmée par un témoin, le 25 mai, montre Derek Chauvin – dont le visage est identifiable sur les images – placer son genou sur le cou de la victime, qui se plaint de ne plus pouvoir respirer et supplie les policiers de lui venir en aide.

Selon l'acte d'accusation, rendu public et notamment mis en ligne par le New York Times, Derek Chauvin a gardé son genou sur le cou de George Floyd pendant 8 minutes et 46 secondes, dont près de trois minutes après que la victime a perdu connaissance. Le document ajoute que les policiers sont informés du fait que restreindre les mouvements d'une personne dans ce type de position est "intrinsèquement dangereux".

L'acte d'accusation cite également les résultats préliminaires de l'autopsie de George Floyd, qui conclut que sa mort est "probablement" le résultat d'"une combinaison" de facteurs, dont le fait qu'il ait été retenu par la police, mais aussi ses "pathologies sous-jacentes" (le document affirme qu'il souffrait d'hypertension et d'une maladie des artères coronaires) et la "potentielle" présence de stupéfiants dans son organisme. Le médecin légiste ajoute qu'aucune constatation physique ne permet d'affirmer qu'il est mort par étranglement ou asphyxie traumatique.

Il a été licencié puis arrêté

Au lendemain des faits, le 26 mai, le chef de la police de Minneapolis a annoncé le licenciement des quatre policiers présents lors de la mort de George Floyd. Leur identité n'avait alors pas encore été révélée. Les autorités locales et fédérales ont ouvert des enquêtes.

Trois jours plus tard, le commissaire du département de la Sécurité civile de l'Etat du Minnesota a identifié Derek Chauvin comme "le policier impliqué dans la mort de M. Floyd", et annoncé son placement en détention. Son inculpation a été annoncée dans la foulée par le procureur du comté de Hennepin, auquel appartient Minneapolis. Il est le seul des quatre policiers impliqués à avoir été arrêté. 

Si Derek Chauvin ne s'est pas exprimé depuis le début de l'affaire, sa femme a exprimé par l'intermédiaire de son avocat son soutien à la famille de George Floyd, et annoncé qu'elle demandait le divorce.

Les faits ont été requalifiés en "meurtre non prémédité"

Derek Chauvin avait dans un premier temps était visé par deux chefs d'accusation : "homicide involontaire du deuxième degré", qui décrit l'acte de causer la mort par une "négligence coupable créant un risque déraisonnable" ; mais aussi "meurtre au troisième degré", un chef d'accusation plus grave mais qui désigne tout de même un acte involontaire, le fait de "perpétrer un acte éminemment dangereux et démontrer un esprit cruel, sans considération pour la vie humaine"Le policier encourrait alors jusqu'à trente-cinq ans de prison pour ces deux chefs d'accusation cumulés.

Le 3 juin, les autorités ont requalifié les faits en "meurtre non prémédité", l'équivalent d'un homicide volontaire sans préméditation, comme le réclamaient des centaines de milliers de manifestants américains. Un crime passible de quarante ans de réclusion. La famille de George Floyd exige de son côté une inculpation pour "meurtre au premier degré", qui implique la préméditation. Les trois autres policiers impliqués sont quant à eux poursuivis de complicité de meurtre, et ont été placés en détention.

Derek Chauvin a comparu pour une première audience de procédure organisée par vidéo, lundi. Il est apparu dans une tenue orange de prisonnier, depuis la prison de haute sécurité dans laquelle il est détenu. La juge Jeannice Reding a fixé à un million de dollars le montant de sa caution assortie de plusieurs conditions, ou à 1,25 million sans condition, s'il veut obtenir une libération conditionnelle avant son procès. La date de la prochaine audience a été fixée au 29 juin.

Il a fait l'objet de nombreuses plaintes par le passé

La police du Minnesota a rendu public le dossier disciplinaire de Derek Chauvin, qui fait état de 17 plaintes formulées contre lui auprès des services de police en dix-neuf ans de carrière. Une seule a donné lieu à des sanctions disciplinaires, sous la forme de deux "lettres de réprimande", note le document, qui ne décrit pas la nature des réclamations portées contre l'officier. L'auteur d'une de ces plaintes, un jeune homme blanc alors âgé de 17 ans, explique à Buzzfeed avoir été mis en joue par Derek Chauvin après qu'un de ses amis a tiré une fléchette en mousse en direction de passants. 

En 2006, Derek Chauvin et cinq autres policiers ont abattu un homme latino-américain, Wayne Reyes. Les policiers ont affirmé avoir ouvert le feu après avoir été mis en joue par le suspect avec un fusil à pompe, et un grand jury a estimé qu'ils avaient fait un usage justifié de la force.

En 2008, le policier a blessé par balles un homme noir, Ira Latrell Toles, lors d'une intervention avec un autre policier pour violences conjugales. Selon la police, citée par un média local, Chauvin a tiré en réponse à une tentative de s'emparer de l'arme d'un des deux agents. Ce que Toles nie : "Il a essayé de me tuer", affirme-t-il dans une interview publiée jeudi par le site The Daily Beast.

En 2011, enfin, Derek Chauvin était présent quand un autre policier a blessé par balles Leroy Martinez, un homme amérindien dont la police a affirmé, selon une chaîne locale, qu'il tenait une arme à feu.

Il a travaillé pour le même bar que George Floyd, mais on ignore s'ils se connaissaient

L'ex-propriétaire d'un bar-discothèque de Minneapolis, El Nuevo Rodeo, a affirmé à plusieurs médias avoir employé les deux hommes. En parallèle de son emploi de policier, Derek Chauvin en a assuré la sécurité pendant 17 ans, a expliqué Maya Santamaria à l'agence Associated Press. Elle affirme lui avoir reproché par le passé son emploi excessif de la force et des gaz lacrymogènes sur les clients noirs de l'établissement. 

De son côté, George Floyd avait travaillé comme videur lors d'une dizaine de soirées de l'établissement en 2019, affirme l'ancienne propriétaire. Mais "Chauvin travaillait dehors et les agents de sécurité étaient à l'intérieur", précise-t-elle à une chaîne locale, estimant qu'il est peu probable que les deux hommes se soient croisés et encore moins reconnus.

Ses maisons ont été visées par les manifestants

Des manifestants ont pris pour cible une maison présentée comme le domicile de Derek Chauvin à Oakdale, en banlieue de Minneapolis. Le mot "meurtrier" a notamment été peint sur l'allée de son garage, avant que des policiers se déploient en nombre autour du bâtiment pour repousser les protestataires.

Un manifestant devant une maison présentée comme celle du policier Derek Chauvin, le 27 mai 2020 à Oakdale, dans le Minnesota. (MINNEAPOLIS STAR TRIBUNE / TNS / SIP / SIPA / SIPA USA)

Après la révélation de l'identité de Derek Chauvin, plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés devant une autre maison lui appartenant, dans la ville de Windermere, en Floride, poussant la police locale à intervenir pour protéger la demeure. Sur Twitter, le bureau du shérif du comté d'Orange, où se situe Windermere, a démenti la présence du policier (qui n'avait pas encore été arrêté) sur les lieux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.